Actu

Nikola : la finalisation de l’accord avec General Motors retardée

Nikola accumule les problèmes, digne d’un véritable feuilleton. Après le départ inattendu de son président sur fond de soupçons de fraudes et de harcèlement sexuel, l’entreprise qui prévoit de produire des camions électriques et à hydrogène doit se battre désormais pour retenir General Motors qui a décidé de retarder la finalisation de son accord.

Les problèmes de Nikola ont débuté courant septembre quand une société d’investissement publie un rapport accusant le constructeur d’avoir menti sur son prototype de camion, remettant même au cause le test destiné à la presse. Nouveau coup de théatre quand le fondateur Trevor Milton remet sa démission. On apprend rapidement qu’il est accusé par deux femmes d’agressions sexuelles.

Confronté à tous ses péripéties, Nikola a dû ajourner cette semaine le lancement de son nouveau pick-up Badger sans donner d’autres dates même si la société a invoqué les restrictions de réunions en raison du COVID. Nikola qui avait signé le 8 septembre dernier un accord avec le constructeur General Motors n’a pas non plus donné de précisions.

Selon le projet d’accord, General Motors devrait prendre 11% de Nikola et lui vendre ses batteries électriques Ultium et piles à combustible Hydrotec. Mais, suite à ces problèmes, GM remettrait-il en cause l’accord ? Les propos de son porte-parole sont inquiètants : « à la lumière des récentes allégations concernant le comportement personnel de l’ancien président exécutif de Nikola, Trevor Milton, nous tenons à souligner que GM condamne fermement le harcèlement sexuel et les abus de toute nature ». « La transaction n’est pas encore conclue » a-t-il tenu à préciser.

Dernier rebondissement : le cours de l’action Nikola a chuté de 64%. Une baisse de nature à déstabiliser le projet d’accord.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *