Actu

On en sait plus sur l’extension de Rungis au nord de Paris

Le projet Agoralim retenu dans la cadre du Plan Val-d’Oise et qui doit être une extension de Rungis sera dotée de plusieurs sites qui couvrira l’ensemble de la chaîne de la valeur : de la production à la distribution en passant par la transformation. Développé dans le Triangle de Gonesse, le nouveau multi-site s’étendra au total sur 100 hectares.

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé le 7 mai dernier sa décision de retenir le projet baptisé Agoralim dans le cadre de son «plan Val-d’Oise». Il ressemblera à un centre de production maraîchère agroécologique, une légumerie, une conserverie mais aussi une ferme pédagogique en plus d’une ou deux plateformes de distribution. Une ou deux plateformes de distribution seront implantées à proximité du Triangle.

Stéphane Layani, président de la Semmaris, société gestionnaire de Rungis, s’est confié à l’AFP et a ainsi dévoilé le projet qui devrait voir le jour dans … 5 ans. Il sera développé dans le Triangle de Gonesse, une enclave verte de 700 hectares située entre les pistes d’atterrissage des aéroports du Bourget et de Roissy-Charles-de-Gaulle. Le Rungis bis devrait créer entre 3 000 à 5 000 emplois et représente un investissement de 600 à 800 millions d’euros.

La Semmaris lancera dans la première quinzaine de juillet un appel à idées pour construire ce projet avec les acteurs du terrain comme la chambre d’agriculture, les élus, les associations, … « Le projet finalisé sera présenté à Jean Castex avant la fin de l’année », a indiqué le patron de Rungis qui a précisé : « Agoralim ne sera pas une réplique de Rungis. Le commerce physique entre acheteurs sera réservé au site historique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.