Actu

Ouibus (suite) : pas question de professionnaliser notre service voyage de colis

Suite à notre article sur son nouveau service de « voyage de colis » lancé mi avril en partenariat avec Cocolis, Ouibus a souhaité réagir. Pour la filiale de la SNCF, il n’est pas question de concurrencer les entreprises de transport. Ouibus parle d’un simple « échange de bon procédé » sans aucune rémunération. Nous avons joint Sylvain Gaboriaud, directeur commercial et marketing de Ouibus.

Le concept est simple mais inquiète quelque peu le secteur du transport routier de marchandises : « en emportant un objet avec eux, par exemple un livre, un violon ou un sac de vêtements, les voyageurs de Ouibus perçoivent un dédommagement de la part de l’expéditeur et peuvent ainsi rembourser toute ou partie du coût de leur billet » annonce la compagnie de cars. Certains transporteurs voient à travers ce nouveau service une forme détournée donc illégale de transport de colis et de marchandises.

Sylvain Gaboriaud (photo), directeur commercial et marketing de Ouibus, joint par téléphone par TRM24, apporte quelques précisions sur ce nouveau service : « Ce que nous proposons est très simple. L’objectif de notre nouveau service est de proposer à nos voyageurs un bon plan : acheminer un objet pour permettre de rembourser partiellement le coût de son billet Ouibus. Ce sont des objets de tous les jours de petite taille qui rentrent dans une valise, très loin du fret » avant de préciser concernant le dédommagement qui avait été perçu par certains comme une rémunération : « la personne qui achemine l’objet touche un dédommagement. Il n’est pas question pour nous de professionnaliser ce type de service entre particuliers, je le rappelle. C’est un échange de bon procédé et il ne s’agit en aucune sorte d’une rémunération. »

Initialement, l’idée a été lancée pat Cocolis, start-up avec laquelle Ouibus s’est associé dans ce service. Les spécialistes parlent de « démocratisation du principe de covoiturage de colis en France ». Cocolis et Ouibus précisent qu’il s’agit bien d’objets de tailles ordinaires et non de palettes. Donc rien à voir avec le TRM.

Hervé Rébillon

rebillon@trm24.fr

 

One Response

  1. Merci pour cet article très intéressant. Effectivement le covoiturage de colis permet d’expédier des objets de taille ordinaire et non des palettes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.