Actu

OVI : des prévisions 2021 meilleures que prévues

L’Observatoire du Véhicule Industriel (OVI) de BNP Paribas Rental Solutions a publié hier ses prévisions du 2ème semestre 2021 sur les secteurs du Transport Routier de Marchandises et du Véhicule Industriel. Il prévoit des immatriculations poids lourds supérieures aux prévisions entre 45 000 et 48 000.

Le marché du VI évolue au rythme d’une demande soutenue, « avec des fondamentaux bien orientés dans quasiment tous les segments d’activité », c’est bien plus au niveau de l’offre que se situe la problématique avec des pénuries diverses de l’amont à l’aval de la filière, ainsi que des goulots d’étranglement dans la filière globale, constructeurs puis carrossiers.

Le marché de la carrosserie est pour sa part sous l’influence des délais de livraison et des problématiques d’approvisionnement. Le marché du porteur VI avec 9 434 immatriculations sur 5 mois, connaît un niveau supérieur à la moyenne des dix dernières années. Le marché des VUL carrossés progresse de son côté de 62 % sur les 5 premiers mois de 2021 et s’approche du niveau historique de 2019. Le marché de la semi-remorque reste dans sa moyenne historique avec une bonne progression pour les bennes et les fourgons.

L’ensemble des gammes lié aux activités de BTP au sens large (bâtiment, travaux publics, négoce matériaux, grands travaux…) tire de nouveau les différents segments VI et VUL.

L’OVI indique que « les carrossiers constructeurs sont en première ligne face à une gestion de leur chaîne d’approvisionnement en tension, dépendant tout à la fois de leur propre capacité de production, sous contrainte d’approvisionnement et des prix, mais aussi de celles des constructeurs de châssis. »

Prévisions du 2ème semestre 2021 de l’OVI : un potentiel à transformer

« La situation économique actuelle est totalement inédite, atypique, car la crise sanitaire n’est pas devenue une crise économique au sens habituel du terme » souligne l’OVI. C’est ainsi que cohabitent des indicateurs étonnement positifs : défaillances en net recul, trésoreries larges, marché de commandes en croissance dans nombre de secteurs. Ce contexte se traduit par des situations de surchauffe typique de phase de croissance économique forte : des tensions en termes de prix et de délais sur l’ensemble des filières, en amont sur les matières premières et en aval sur les produits finis.

2021 sera donc un véritable exercice de reprise au regard d’un exercice 2020 marqué par la première phase de la crise sanitaire conclut l’OVI. « Le potentiel de croissance est fort, la demande soutenue, le résultat final pour 2021 sera totalement dépendant des délais de livraisons, d’où l’expression d’une prévision dans une fourchette assez large, dont le point haut nous situerait dans les niveaux atteints durant la précédente décennie. »

L’OVI annonce des prévisions au-delà de celles annoncées : au lieu des 42 000 véhicules prévues, le marché français devrait se situer entre 45 000 et 48 000, soit une hausse comprise entre +7,8% et +15%.

Source OVI
Si l’année devrait se terminer sur un trend supérieur à nos prévisions, et bien supérieur à 2020, il faudra, dans les mois à venir, s’adapter à des problèmes de surchauffe au niveau de plusieurs filières dont le BTP et la filière Véhicule Industriel qui subissent des pénuries de matières premières et de composants entraînant aujourd’hui des délais d’approvisionnement et de fabrication plus longs, voire également des hausses de prix » a déclaré Jean- Michel Mercier, directeur de l’Observatoire du Véhicule Industriel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.