Actu

Parlement européen-marché carbone : impossible de distinguer les véhicules privés et les VUL pour l’IRU

L’IRU qui représente les entreprises de transport dans le monde réagit au vote hier du Parlement européen en faveur de l’élargissement du projet de réforme du marché du carbone aux transports et au bâtiment dès 2025. Il s’agit d’une proposition « irréalisable et compromise ».

« En pratique, la distinction à la pompe entre transport privé et transport commercial sera quasi-impossible surtout pour les véhicules légers. Au-delà de l’impraticabilité et en supposant que l’ETS II avait le potentiel de favoriser la décarbonisation, inclure 35 millions de véhicules utilitaires dans le champ d’ETS II, et exclure 300 millions de véhicules particuliers le privera de tout impact réel » estime l’organisation internationale.

L’IRU considère par ailleurs la mise en place de l’ETS II comme un exercice inefficace et coûteux pour l’Union Européenne, « qui se traduira par des recettes limitées collectées pour le financement des objectifs climatiques de l’UE ».

L’IRU a suggéré des changements cruciaux aux législateurs de l’UE afin de permettre à la proposition d’atteindre ses objectifs. Il s’agit notamment de la nécessité d’une introduction progressive de l’ETS, alignée sur l’évolution de la technologie et de l’infrastructure de recharge; éviter la taxation/facturation multiple pour les émissions de CO₂ ; et le réinvestissement des revenus générés par l’ETS pour une route dans le secteur du transport routier.

« Cela envoie également un signal contre-productif aux citoyens et aux entreprises de l’UE contre le rôle vital des transports publics, de la mobilité collective et du transport efficace des marchandises dans l’écologisation de nos routes » a déclaré Raluca Marian, directrice du plaidoyer auprès de l’UE de l’IRU et déléguée générale auprès de l’UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.