Actu Coronavirus

Pourquoi le coronavirus a autant d’impact sur le fret international

Un rapport récent de DHL que TRM24 a pu parcourir est alarmant pour le fret en provenance de Chine. Il estime que, outre son importance pour les industries de haute technologie, Wuhan d’où est parti le coronavirus est une plaque tournante pour l’industrie automobile et véhicules industriels (utilitaires et poids lourds). La paralysie pourrait avoir de lourdes conséquences rapides sur le fret en direction de pays comme les Etats-Unis ou même l’Europe.

Le rapport de DHL Resilience360 précise que l’ampleur de l’impact du virus sur la chaîne d’approvisionnement est encore inconnue, mais les experts estiment que le premier trimestre normalement calme pour les importations chinoises aux États-Unis et Europe sera encore plus calme en 2020.

Wuhan est tout d’abord connue comme la «ville automobile» de la Chine, indique le rapport, en raison d’une forte présence manufacturière de constructeurs automobiles nationaux et étrangers et de fournisseurs mondiaux de pièces automobiles. De même pour l’industrie du véhicule industriel où les principaux constructeurs chinois sont implantés, comme leurs fournisseurs.

Le rapport ajoute que «de graves perturbations des expéditions de fret aérien entrant et sortant, des services de camionnage et de fret ferroviaire, ainsi que de lourdes congestions portuaires pour les navires le long du fleuve Yangtsé près de Wuhan, persisteront probablement à mesure que la crise des coronavirus se déroulera.»

La période de vacances normale était prévue du 24 au 30 janvier et a été prolongée jusqu’au 2 février pour la majeure partie de la Chine. Il a été prolongé jusqu’au 9 février pour certaines grandes municipalités et provinces, et jusqu’au 13 février pour la province du Hubei, y compris Wuhan.

Un facteur qui est encore inconnu, explique Neel Jones Shah, vice-président exécutif et responsable mondial du fret aérien pour Flexport, est qu’une fois les usines chinoises rouvertes pour la production, combien de travailleurs reviendront au travail depuis leur ville natale.

Le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a déclaré dans une interview à Fox Business que le «boom des exportations» de la première phase de l’accord commercial avec la Chine prendra probablement plus de temps en raison de l’épidémie de virus. L’accord prévoit que la Chine achète 200 millions de dollars de produits agricoles, de produits énergétiques et d’autres biens et services aux États-Unis au cours des deux prochaines années.

L’ampleur de l’impact du virus sur la chaîne d’approvisionnement est encore inconnue, mais les experts estiment que le premier trimestre normalement doux pour les importations chinoises aux États-Unis sera encore plus doux cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.