Économie

Pourquoi le nouvel ALENA est bénéfique pour le TRM nord-américain

L’Accord États-Unis-Mexique-Canada (USMCA) est venu remplacer l’accord de libre-échange nord-américain qui datait de 25 ans. Il apporte avant tout de nouvelles règles douanières et définit les échanges entre les 3 pays. Une aubaine pour les transporteurs américains et canadiens. Explications.

Les associations de transport nord-américaines étaient initialement pessimistes sur le nouvel accord d’échanges ratifié par le Congrès américain fin janvier, peu d’informations n’avaient été livrées. Elles n’avaient surtout pas été conviées aux négociations lancées en 2017 alors que 772 milliards de dollars (713Md) de marchandises ont été transportés l’an dernier entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, selon le Bureau of Transportation Statistics.

Pour les associations, l’accord était primordial pour le transport transfrontier de marchandises. « Trop d’incertitudes existaient entre les partenaires commerciaux nord-américains, le Canada et le Mexique. “Peut-être que l’une des choses les plus importantes avec l’USMCA est d’éviter les activités tarifaires irrationnelles qui pourraient perturber considérablement le mouvement du fret aux deux frontières”, a déclaré Kenny Vieth, président et analyste principal chez ACT Research.

Les économistes de leur côté estiment que le nouvel accord permettra peut-être d’augmenter le volume de fret entre les trois pays mais il permettra avant tout de « maintenir le fret ». « L’accord commercial sous l’ALENA était caduc car non moderne » soulignent-ils. Avec le risque de déporter les exportations non plus sur le continent américain mais en Asie. Avec une conséquence négative pour le TRM nord-américain : en se passant du transport routier de marchandises, donc des camions, les échanges avec l’Asie ayant lieu exclusivement par la mer.

L’USMCA permet à des transporteurs mexicains par exemple d’obtenir une autorisation d’exploitation aux Etats-Unis et au Canada tout en limitant leur nombre. En revanche, comme dans l’ALENA, l’USMCSA maintient l’interdiction pour les transporteurs étrangers de réaliser du « cabotage » au-delà des frontières de son pays. Les échanges restent transfrontaliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *