Actu

Pourquoi les transporteurs ne feront pas grève à la rentrée

Annoncée pourtant en grande pompe début juillet, la grève des transporteurs n’aura pas lieu à la rentrée. Les fédérations n’ont toujours pas convoqué leur instance. Elles le feront à partir de la semaine prochaine. Soit un délai trop court pour lancer un quelconque mouvement pour la rentrée.

L’annonce faite par Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et ministre des transports, le 9 juillet dernier, quelques heures seulement avant une réunion avec le patronat du transport routier, d’une augmentation de la TICPE de 2 centimes par litre de gasoil avait fait l’effet d’une bombe. Les fédérations (FNTR, CSD, OTRE TLF, UNOSTRA) n’avaient pas hésité à publier un communiqué commun afin de dénoncer ce projet de mesure fiscale et n’excluant pas un mouvement au plus tôt à la rentrée.

Revoir en vidéo ce que nous avaient répondu en juillet les fédérations de transport routier

Une échéance d’importance approche pourtant : le 25 septembre. A cette date, sera présenté en conseil des ministres le Projet de Loi de Finances 2020 (PLF) qui devrait contenir une voire des taxations supplémentaires pour le secteur du TRM. Soit quelques heures avant la tenue du congrès de la FNTR. Selon nos informations, la suppression du taux réduit de TICPE (Taxe intérieure de consommation des produits énergétiques) sur le gazole non-routier (GNR) pour le secteur du bâtiment et des travaux publics serait intégrée au PLF 2020 (avec plusieurs échéances et des aides pour le secteur). Pour l’heure, pas de confirmation sur l’augmentation de la TICPE de 2 centimes par litre de gasoil.

Les organisations patronales vont-elles choisir de lancer un mouvement avant le 25 septembre ? Ou après ? Sachant que les 2 fédérations, la FNTR et l’OTRE, tiennent leur congrès durant cette période. Nous devrions en savoir plus à partir de mercredi prochain, le FNTR réunissant ses instances pour décider ou non d’un éventuel mouvement. Les fédérations se seraient mises d’accord pour se rencontrer afin de trouver une unité dans l’action.

Enfin, selon son cabinet joint par TRM24, Elisabeth Borne n’a pas encore arrêté la date d’une possible réunion avec les fédérations comme elle l’a évoqué cette semaine sur France Inter.

Ce report de mouvement doit-il rassurer la ministre des transports ? Pas certain. Le calme avant la tempête ? Les fédérations n’ont pas dit leur dernier mot. Pour se faire entendre, il ne fait aucun doute qu’elles vont devoir frapper fort avec des actions concrètes. Car Elisabeth Borne compte bien ne rien lâcher. Mais les fédérations ont un gros travail en amont pour calmer les querelles internes afin de trouver un terrain d’entente. Et le temps est compté.

One Response

  1. Mais bien sur taxer le transport routier français,cela facilitera le transport des pays de ,l’est qui ce ravitaillent en dehors de la france,par contre les pétroliers,thankers,les bateaux de croisière,et les avions non pas de taxes,politiciens se foutent bien de nos gueules,se qui compte ses le pognon,le Cartel politiciens,est pire que tous les narco traficants,et le plus pourri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.