Actu Coronavirus

Quand le fret ferroviaire se présente comme la meilleure solution à la crise du coronavirus

800 routiers remplacés par 60 cheminots

Est-ce vraiment opportun d’opposer le rail à la route dans le contexte actuel ? La lettre ouverte signée par plusieurs associations européennes de transport ferroviaire intermodal jette un pavé dans la mare en affirmant que le fret rail joue un rôle primordial en pleine crise du coronavirus, mettant en avant le personnel limité et plus facilement contrôlable.

« Sur le transport ferroviaire, une équipe de train (maximum deux personnes) déplace quarante semi-remorques, tandis qu’un terminal intermodal qui gère quotidiennement vingt paires de trains utilise soixante cheminots pour déplacer des marchandises qui mobiliseraient autrement huit cents conducteurs » lancent les auteurs de la lettre ouverte, principalement des sociétés italiennes comme Assologistica, FerCargo, Anita et Sos Logistica, insistant : « si les flux de marchandises ne fonctionnent pas, il y a un risque d’effondrement de l’ensemble de l’économie. »

Mais la lettre ne précise pas comment le transport ferroviaire pourrait absorber à lui tout seul le transport routier de marchandises, n’arrivant déjà pas à gérer la faible part de fret qu’il devrait acheminer.

Interdire tout blocage du fret rail

Les associations européennes de transport ferroviaire intermodal signataires demandent par ailleurs que « tout blocage du transport ferroviaire doit être absolument interdit. » Ils attendent des procédures de sécurité qui évitent l’isolement ou la quarantaine du personnel et une numérisation accrue de l’exemplification administrative, “notamment en accélérant les processus d’autorisation des corridors ferroviaires douaniers”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *