Articles 18H

La mauvaise image du TRM étouffe le recrutement de conducteurs

Selon un récent rapport de l’IRU, un cinquième des postes de conducteurs routiers ne serait pas pourvu. Le transport routier de marchandises est confronté à la pénurie la plus importante depuis des décennies. Une majorité de conducteurs estime que la mauvaise image de la profession étouffe le recrutement.

L’IRU a sondé plusieurs organisations de transporteurs. Les résultats ont révélé un manque de main d’œuvre de 21% dans le TRM et de 19% dans le secteur des bus et cars. Le « déficit » devrait s’accentuer en 2019 et pourrait atteindre les 40%.

« Le secteur des transports doit prendre des mesures immédiates et décisives pour faire face à la pénurie de conducteurs. Si rien n’est fait, cela aura de graves conséquences pour l’économie européenne et entraînera une augmentation des coûts pour les entreprises, les consommateurs et les passagers » a déclaré Boris Blanche, directeur général de l’IRU. « Les opportunités ne manquent pas dans ce métier. En fait, notre recherche a révélé que la satisfaction au travail avait tendance à être élevée, avec seulement 20% des conducteurs interrogés exprimant leur insatisfaction à l’égard de leur travail. »

Le rapport de l’IRU a révélé que 57% des conducteurs et 63% des conductrices estiment que la mauvaise image de la profession étouffe le recrutement. 70% des conducteurs âgés de 25 à 34 ans estiment que la difficulté d’attirer des jeunes est l’une des principales raisons de la pénurie de conducteurs.

Parmi les conducteurs, 77% pensent que les longues périodes d’absence du domicile dissuadent beaucoup d’entre eux d’accéder à la profession.

Le TRM souffre également d’une population active vieillissante. En Europe, la majorité des entreprises du secteur du transport de marchandises emploient des conducteurs dont la moyenne d’âge est de 44 ans, tandis que dans le secteur du transport de passagers, la moyenne d’âge de leurs conducteurs salariés est de 52 ans.

L’IRU et ses adhérents ont mis en place un plan d’action comportant des mesures à court, moyen et long terme. Ils ont lancé une initiative conjointe avec le Conseil européen des chargeurs (CES) afin d’élaborer des principes communs visant à améliorer le traitement des conducteurs sur les lieux de livraison. L’IRU a également créé un groupe d’experts chargé d’examiner la législation relative à la formation des conducteurs et son efficacité. Enfin, l’IRU mettra en place un réseau de femmes dans les transports, destiné à accroître le nombre de femmes dans le secteur des transports et leur représentation à tous les niveaux d’activité, ainsi que de promouvoir les transports en tant que domaine de travail attractif pour les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *