Actu

Rétrofit sur VUL, première homologation

Auprès de l’UTAC, la PME grenobloise Tolv qui s’appelait avant Phoenix Mobility, spécialiste du rétrofit électrique, obtient la première homologation pour la conversion d’un Renault Trafic produit entre les années 2000 et 2006. Les utilisateurs possesseurs d’utilitaires anciens bientôt interdit d’accès à certaines villes pour cause de ZFE vont pouvoir imaginer une transformation à l’énergie électrique.  

« Nous sommes fiers de vous annoncer l’obtention de la première homologation pour la conversion des Renault Trafic produits entre 2000 et 2006 (génération 2 phase 1). TOLV devient ainsi le premier acteur français à homologuer un kit de conversion pour les véhicules utilitaires, démontrant que l’offre de rétrofit à destination des professionnels n’est plus du domaine du théorique » a détaillé Antoine Desferet, chief Revenue Officer de TOLV.

« Nous prenons en charge des véhicules utilitaires légers, fourgons et véhicules carrossés à destination des TPE/PME, grands groupes et collectivités de toutes tailles. Cette homologation est évidemment une excellente nouvelle pour notre entreprise mais elle va surtout nous permettre de commencer à livrer nos clients. Ces derniers, pour la majorité situés dans des ZFE, attendent avec impatience des alternatives électriques et accessibles pour passer leur flotte à une nouvelle énergie. Nous pouvons désormais commercialiser les Renault Trafic 2 phase 1, et proposons les Trafic 2 phase 2 (2006-2014) en commande avec de premières livraisons dès novembre. Notre partenariat de co-conception avec Renault d’un kit adapté aux Master nous permettra également de convertir ce modèle d’ici fin 2023 » a-t-il précisé.

Antoine Desferet, chief Revenue Officer de TOLV

Créée en 2019, TOLV s’est spécialisé dans le rétrofit électrique à destination des professionnels et des collectivités. Depuis l’arrêté du 13 mars 2020, ce procédé qui consiste à convertir des véhicules thermiques (essence ou diesel) en véhicules zéro émission bénéficie d’un cadre légal autorisant une production en série. Une fois converti à l’électrique, un Renault Trafic 2 phase 1 dispose d’une batterie de 34 kWh, d’une autonomie en ville de 159km (123 kilomètres WLTP, l’autonomie réelle variant en fonction du contexte et style de conduite) et pourra atteindre une vitesse maximale de 109,5 km/h.

« Nous poursuivons actuellement une phase de montée en puissance industrielle qui nous permettra de convertir 100 Renault Trafic en 2023 et près d’un millier en 2024. Une augmentation de notre capacité de production qui a pour objectif d’ériger le rétrofit au rang d’industrie française de premier plan » a souligné Antoine Desferet. Cette filière pourrait représenter à terme 6500 emplois créés selon l’étude Retrofit de l’ADEME.

Laurent Benoit, président exécutif de UTAC, s’en félicite : « depuis avril 2020, UTAC est désigné par les Autorités françaises pour évaluer la conformité de la transformation proposée par un fabricant par rapport au cahier des charges défini par la législation en vigueur. Cette validation est un prérequis pour l’autorisation de mise en circulation du véhicule ainsi transformé. Ainsi nos experts ont accompagné les équipes de TOLV dans toutes les phases de l’homologation de leurs véhicules. UTAC est particulièrement engagé dans l’e-mobilité avec des solutions et des offres diversifiées. Le Rétrofit représente une solution importante pour l’électrification des flottes automobiles, notamment les utilitaires destinés aux professionnels »

Jean-Yves Kerbrat
Les derniers articles par Jean-Yves Kerbrat (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.