A (RE)VOIR Actu

Selon l’IRU, la mesure des émissions CO2 des poids lourds est fortement erronée

Selon l’IRU, la comptabilisation erronée des émissions de CO2 compromet la décarbonation du transport routier. L’organisation internationale estime qu’il faut non pas se limiter au relevé au pot d’échappement mais bien prendre en compte dans sa totalité les émissions du puits à la roue.

« La décarbonisation des transports commerciaux est un travail énorme et coûteux. Le bon mélange d’incitations et d’investissements pour accélérer les alternatives à faible émission de carbone et finalement à zéro émission nette pour atteindre les objectifs de 2030 et 2050 ne peut être réaliser que si le CO₂ est correctement pris en compte », a déclaré le Secrétaire général de l’IRU, Umberto de Pretto.

« La norme biaisée du réservoir à la roue, qui mesure les émissions au tuyau d’échappement au lieu de faire une évaluation approfondie du puits à la roue, continue de fausser les mesures politiques visant à réduire le CO₂ dans le transport routier. Les opérateurs du secteur ont besoin de certitude alors qu’ils continuent à travailler sur l’énorme défi de décarboner efficacement leurs flottes, et non d’options imaginaires irréalisables », a-t-il ajouté.

L’IRU demande donc aux gouvernements d’utiliser une norme plus complète du puits à la roue pour évaluer et planifier les investissements et les incitations dans la décarbonation. « Cela permettra aux transporteurs routiers commerciaux de décarboner le plus efficacement et le plus rapidement possible » a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.