Actu

SITL 2021 : les nouvelles énergies plus présentes que jamais

Après une longue absence pour les raisons que nous connaissons, organisateurs, exposants et visiteurs étaient visiblement ravis de se retrouver Porte de Versailles à Paris pour la SITL. Si les solutions informatiques et les connexions entre les véhicules et les entreprises via les technologies IoT se taillent la part du lion, il y a d’autres voies que le transport ne cesse d’explorer comme les nouvelles énergies.

Si les constructeurs de poids-lourds sont absents pour cette édition 2021, la forte présence des distributeurs de gaz pour véhicules confirme la place que cette énergie souhaite continuer à prendre dans le transport routier. Le GNV poursuit sa couverture nationale qui permet aujourd’hui d’envisager des ravitaillements sur tout le territoire avec des véhicules, utilitaires, poids-lourds, autocars et autobus roulant au GNC ou au GNL, y compris dans sa version bio GNV qui a l’avantage d’être produit en France.

L’AFGNV (Association Française du Gaz Naturel Véhicules) assure que le GNV permet de réduire les émissions de CO2 de 10 à 15 % par rapport au diesel, et c’est en le remplaçant progressivement par du BioGNV que le gain devient conséquent. En effet, le BioGNV, produit en France à partir de déchets, permet de réduire de 80% les émissions de CO2 par rapport au diesel. En 2020, le taux d’incorporation de bioGNV était de 17,5% du GNV distribué en France à partir de stations raccordées au réseau. Aujourd’hui, il y a, en France plus d’une centaine de sites de méthanisation qui produisent du biométhane.

La filière est donc en force sur SITL 2021 avec plus de vingt exposants accompagnés par Iveco, le seul constructeur présent et leader pour les véhicules roulant au GNV. Cela a été l’occasion de réunir des protagonistes convaincus qui se souviennent qu’en 2012  Perrenot, transporteur partenaire de Carrefour, utilisait les trois premiers Iveco Stralis bioGNC pour approvisionner les magasins de la région lilloise. Aujourd’hui, il y a 600 camions roulant au biométhane dans flotte Carrefour.

Photo Jean-Yves Kerbrat

Philippe Givone, PDG de Perrenot n’a pas manqué de confirmer « Avec 600 véhicules au gaz naturel, nous disposons aujourd’hui de la plus grande flotte française et européenne de poids lourds à énergies alternatives. Nous sommes convaincus de l’intérêt du gaz naturel, pour sa pertinence économique et opérationnelle. La conversion à ces véhicules est facilitée par leur autonomie, leur TCO, leur temps de recharge et leur confort de conduite, équivalents à ceux d’un véhicule Diesel. Cette solution prend une part croissante dans notre flotte et devrait atteindre 24 % d’ici fin 2025, puis 30 % d’ici fin 2030.»

Il peut être rassuré par l’annonce faite par Thomas Mathieu, responsable RSE supply chain de Carrefour qui annonce : « d’ici fin 2022, nous prévoyons d’atteindre 1 200 véhicules bioGNC. Avec ces véhicules, Carrefour aura divisé par deux l’ensemble de ses émissions de CO2. Nous aurons également contribué à la construction de 20 stations publiques BioGNC. A plus long terme, notre ambition est de sortir du Diesel d’ici 2030. Le bioGNC s’est avéré parfaitement adapté à notre organisation de transport et nous permet d’économiser 100 tonnes de CO2 par an par véhicule. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.