Actu Coronavirus

TEMOIGNAGE : « l’économie française s’est arrêtée lundi soir » (François Baudoin)

Un niveau d’activité très faible

François Baudoin nous apporte aujourd’hui à la fois le témoignage du chef d’entreprise (transports Couvert et Muret) et celui du président de la FNTR Bretagne. « L’économie s’est arrêtée lundi soir (lundi 16 mars) » nous a-t-il confié dont le constat sur les répercussions de l’épidémie du coronavirus sur le transport routier est sans appel. Sa fédération a proposé plusieurs mesures sociales et fiscales au gouvernement.  

« Nous vivons mal la situation. Le niveau d’activité est très faible pour l’ensemble de nos entreprises » nous a confié François Baudoin. « C’est vertigineux. Même en frigo, les entreprises ont eu du travail pendant 10 jours et là c’est la chute de l’activité. En zone longue, il n’y a pratiquement plus de retours. » Selon lui, les stocks importants de nourriture effectués par la population a entraîné une demande en transport soudaine et a pour conséquence aujourd’hui un arrêt aussi immédiat puisque les citoyens n’ont plus le besoin d’aller faire leurs courses. « Il faut ajouter l’interim qui n’a plus de travail. Il est à plat » nous a-t-il commenté.

Le corps social mobilisé

Sur les 170 conducteurs qu’emploie sa société – Transports Couvert et Muret – basée à Saint Armel (35), un seul a fait jouer son droit de retrait. « Le corps social est mobilisé. Les conducteurs réagissent très bien » a souligné le dirigeant.

Avec les autres fédérations, la FNTR a formulé plusieurs mesures. « Nous avons fait des demandes spécifiques pour le transport routier » nous a déclaré le président de la FNTR Bretagne précisant : « Nous avons proposé par exemple d’anticiper le remboursement de la TICPE avec une déclaration au 31 mars. Nous souhaiterions aussi que, dans le cadre de la Loi de Finances, la diminution de 2 centimes du remboursement de la TICPE pour le transport routier et la fiscalité sur le GNR soient suspendues. » François Baudin a ajouté : « C’est vrai, le gouvernement est à l’écoute. Il y aura un second train de mesures à avoir. » Enfin, il salut la décision du gouvernement de décaler le règlement des charges sociales mais craint que le redémarrage soit long : « ce n’est qu’un report. Il faudrait tout simplement les annuler. »

Mais ce dont le transporteur est fier, c’est l’intégration des heures d’équivalence dans le calcul du chômage partiel que sa fédération a proposée. « Cela va sauvegarder le pouvoir d’achat de nos conducteurs » nous a confié François Baudoin lors de notre entretien. Une demande qui a été validée, selon la FNTR, par les 3 ministères : transport, écologie et travail. Les modalités de déclaration devraient connues d’ici quelques jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *