Coronavirus

TEMOIGNAGE : Une vraie solidarité sur la route (Huguette Durand)

TRM24 donne la parole aux transporteurs et aux conducteurs routiers confrontés au quotidien aux répercussions du coronavirus. Aujourd’hui, Huguette Durand, 63 ans, aujourd’hui en retraite. Si elle a lâché le volant après 40 ans de route, avec son mari Christian, elle dirige toujours la petite société de transport basée à Saint-Pierre-de-Bressieux, près de Grenoble, créée en 1984. Sur ses 15 conducteurs, 2 ont cessé le travail.

Comme les 38 000 entreprises de transport en France, l’entreprise d’Huguette Durand spécialisée dans les produits chimiques non dangereux a du s’adapter avec « un focus sur l’alimentaire ». « Nous n’avons pas le choix car soit les clients s’adaptent eux aussi soit nous nous reportons sur l’alimentaire » nous a précisé la dirigeante.

La plupart de ses conducteurs roulent, « un seul s’est mis en arrêt maladie pour garde d’enfants, sa femme est infirmière » a indiqué Huguette qui rappelle que conducteur routier fait partie des métiers difficiles physiquement : « les routiers sont déjà fragiles et nous devons les protéger afin qu’ils ne chopent pas le virus ».

Mais ce qu’elle regrette, ce sont les mauvaises conditions sanitaires des conducteurs même si ses salariés ne sont pas trop exposés. Elle nous rapporte le témoignage d’une conductrice qui a du attendre 3 jours avant de pouvoir prendre une douche. Car « les femmes sont traités aujourd’hui comme les hommes » précise celle qui anime l’association La Route au féminin. Elle se réjouit « d’une vraie solidarité sur la route » depuis le début de la crise sanitaire. « Par exemple, des particuliers ont proposé de mettre leur gîte à disposition des routiers » nous a-t-elle précisé. Mais elle regrette que le routier ne soit toujours pas aujourd’hui respecté « contrairement à d’autres pays comme l’Espagne. »

Huguette Durand est prête à reprendre le volant au cas où des conducteurs viendraient à manquer : « conduire un camion ne se perd pas, je peux repartir demain » nous a répondu l’ancienne conductrice qui effectuait il y a encore deux ans la route entre Lyon et Hanovre, en Allemagne. Mais en vraie entreprise familiale, l’entraide est omniprésente. Elle sait qu’elle peut compter sur les siens, y compris ses conducteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *