Actu

TLF annonce la composition de son nouveau Comité Directeur

TLF a réuni son nouveau Comité Directeur le 19 septembre dernier. Ce dernier s’est fixé 4 objectifs stratégiques « pour inscrire son organisation comme un acteur majeur du développement du secteur d’ici à 3 ans ». Ces objectifs sont : la compétitivité de la filière, l’attractivité des métiers, la transition écologique du secteur et l’innovation. Le détail.

Sous l’impulsion d’Eric Hémar, Président de l’Union TLF, le Comité Directeur a défini 4 grandes priorités pour la profession et la Fédération. « Un projet conçu de manière participative puisque l’ensemble des commissions de l’Union TLF a été associé à cette grande réflexion » souligne la fédération.

Voici les 4 objectifs :

  • Compétitivité de la filière

« Dans un contexte européen particulièrement concurrentiel, la filière transport et logistique doit retrouver sa place parmi le top 10 mondial » se lance comme défi TLF précisant : « à cette occasion, les mesures annoncées par le premier ministre le 16 septembre dernier suite à la remise du rapport d’Éric Hémar et de Patrick Daher sur la compétitivité de la chaîne logistique sont encourageantes. La plateforme France Logistique, qui verra le jour d’ici la fin de l’année, permettra de regrouper l’ensemble des acteurs privés (transporteurs, logisticiens, chargeurs et clients, gestionnaires des infrastructures, etc) pour porter la voix unifiée des entreprises et renforcer le dialogue public/privé pour travailler à une meilleure performance économique du secteur. »

  • Attractivité des métiers

« Notre profession emploie 700 000 personnes sur l’ensemble du territoire faisant du transport & de la logistique un des premiers secteurs qui embauche en France ! Près de 20 000 postes ont été créés en 2019. Et pourtant, bon nombre des métiers sont en tension, les entreprises ont du mal à recruter » fait constater TLF. « D’où l’importance de mobiliser l’ensemble des acteurs notamment en matière de formation et d’apprentissage pour sensibiliser le grand public à l’attractivité de notre profession qui présente de nombreuses opportunités, favorise la mobilité et sait fidéliser ses salariés. »

  • Transition écologique du secteur

Selon TLF, « la transition écologique de nos métiers doit s’inscrire dans les politiques RSE des entreprises. A nous de trouver des solutions en matière de réduction d’énergie, d’économie circulaire pour inscrire notre profession durablement dans cette transition, notamment en matière de logistique urbaine. » A titre d’exemple récent, l’Union TLF a activement contribué à la création du dispositif EVcom, lancé le 19 septembre dernier, qui a pour ambition d’engager 60 entreprises dans la démarche d’ici 2022, soit plus de 120 000 tonnes de CO2 économisées au global.

  • Innovation

« L’innovation dans notre secteur est devenue clef pour se démarquer de la concurrence européenne, notamment dans les domaines liés à l’hydrogène mais aussi en matière de numérique, de digital » écrit TLF qui estime que « l’organisation, de part la complémentarité de ses adhérents qui représentent l’ensemble de la chaîne logistique, doit pouvoir être un acteur majeur pour anticiper le transport de marchandises de demain et contribuer à renforcer la complémentarité intermodale et développer le report-modal. »

(avec communiqué TLF)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.