Actu

Les mesures fiscales et sociales du gouvernement dégradent les transporteurs

A un mois de son Congrès national, la FNTR n’est guère optimiste quant à l’avenir du secteur du TRM. Dans sa dernière enquête de conjoncture, la fédération constate un ralentissement de croissance pour le Transport Routier de Marchandises & perte de confiance des chefs d’entreprise. Pour son président, Jean-Christophe Pic, « les mesures fiscales et sociales du gouvernement dégradent les entreprises de transport françaises. »

« Les mesures annoncées vont être autant de bâtons dans les roues des entreprises françaises. Quand le gouvernement explique vouloir soutenir la croissance et la compétitivité française que, en même temps, il prend des mesures fiscales et sociales qui les dégradent, il y a incohérence » a déclaré Jean-Christophe Pic, Président de la FNTR, ajoutant : « Nous devons jouer ce rôle d’alerte. Nous n’attendons pas que l’on nous explique les mesures présentées, nous demandons un dialogue réel et une vraie politique publique des transports à moyen et long terme. Nos professionnels souhaitent simplement pouvoir faire leur travail au bénéfice de la croissance et de l’emploi ».

La croissance du TRM en ralentissement. C’est ce que constatent les chefs d’entreprise dans la dernière enquête de conjoncture du TRM réalisée par la FNTR avec un écart d’indice de 2,29 points entre le 2ème trimestre 2019 et 2018. Une enquête qui démontre également un moral en berne chez les entrepreneurs et confirme une rentrée sous haute tension. Trois secteurs soutiennent traditionnellement le TRM et sur ces trois secteurs, deux ont un rythme de croissance en net recul : l’industrie manufacturière passant de 1,6% de croissance à 0,8% entre le premier et le deuxième trimestre 2019 ainsi que la construction passant de 3,7% de croissance à 0,5%.

« Le pourcentage de dirigeants qui estiment que la situation est plutôt satisfaisante a diminué de 10% en un seul trimestre ! » souligne la FNTR indiquant : « Une chute liée à un contexte politique et économique anxiogène notamment avec les annonces fiscales de l’été ».

« Le secteur a de quoi s’inquiéter ! Tout début juillet étaient, en effet, présentées les prochaines mesures fiscales et sociales des PLF et PLFSS 2020 à l’ensemble des organisations professionnelles du secteur sans concertation et sans négociation. De la différence des discours et des actes » commente la FNTR qui organise le 26 septembre prochain son Congrès national à Paris. « Perte de confiance, incertitude, baisse de l’activité, mesures allant à l’encontre directe de la compétitivité des entreprises françaises, la colère grandit dans le secteur » conclut-elle sous forme d’avertissement au gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.