Actu

Transport maritime : les européens subissent une pénurie de containers

La reprise du trafic mondial du transport maritime semble plus élevée que pour le transport routier. Les grands groupes ont reporté une majorité de leurs trafics sur l’Asie entraînant par ailleurs une pénurie de containers en Europe. Le danois Maersk qui a publié ses résultats hier a multiplié par deux son bénéfice.

Le géant danois du transport maritime AP Moeller-Maersk se porte plutôt bien. Il a enregistré un très bon troisième trimestre porté par la baisse des prix du pétrole et la hausse de celle du fret à la faveur d’une reprise du trafic mondial.

Les grands groupes maritimes comme MSC, CMA CGM ou Maersk n’ont pas hésité à envoyer la plupart de leurs navires sur les routes asiatiques où la demande est forte. Conséquence : les containers viennent à manquer dans les ports européens. Le gouvernement français ne prend la situation à la légère. “La situation est préoccupante”, a même reconnu le ministère du Commerce extérieur. « Des compagnies maritimes refusent même d’embarquer certains produits, notamment agricoles, pour repositionner au plus vite les containers vers l’Asie, là où le business est le plus juteux » a confirmé le ministère.

Les taux de fret maritimes ont été maintenus à des niveaux stables en dépit d’une baisse de la demande. Pour les expéditeurs, les stratégies introduites par les armateurs ont entrainé une réduction de la capacité de transport offerte ainsi que des retards dans les délais de livraison.

La baisse du commerce maritime sur l’année 2020 sera limitée. – 4,1% selon les estimations de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Sur l’hypothèse d’une reprise de la production économique mondiale, elle prévoit un retour à des taux de croissance positifs en 2021, avec une expansion de 4.8% du commerce maritime international.  Mais elle souligne aussi qu’il sera nécessaire que le secteur du transport maritime anticipe les changements pour s’adapter au monde nouveau qui émergera après la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *