Actu

Transport Vaccin : « La chaîne du froid en France, l’une des meilleures au monde » JE Tesson, pdt La Chaîne Logistique du Froid

Suite à l’annonce des laboratoires sur la découverte d’un potentiel vaccin disponible prochainement, les questions se multiplient concernant le déploiement du transport. La filière française de la logistique du froid se prépare. Jean-Eudes Tesson, président de La Chaîne Logistique du Froid, a accordé une interview à TRM24. Il confirme que « la chaîne du froid en France est reconnue comme l’une des meilleures au monde » étant doté d’un parc de poids lourds frigorifiques importants.

TRM24 : Plusieurs laboratoires ont annoncé l’arrivée de vaccins contre la COVID. Le transport de millions de vaccins en France exige un parc de camions frigorifiques importants, leur nombre est suffisant ?

Jean-Eudes Tesson :

« La France compte une densité de camions frigorifiques inégalée : 1 camion frigorifique pour 450 habitants, à comparer à la situation dans d’autres pays comme la Chine où ce ratio est de 1 camion frigorifique pour 12 000 habitants. Notre maillage et nos moyens sont donc en adéquation avec les besoins. »

TRM24 : La plupart des vaccins nécessite un transport dans des conditions particulières notamment en raison de leurs basses températures. Les professionnels du transport et de la logistique du froid y sont préparés en France ?

Jean-Eudes Tesson :

« Il convient de distinguer 3 situations : la première relève d’un transport « classique » de produits de santé à une plage habituelle de température qui se situe en +2 °C et +8 °C. La majeure partie des produits de santé thermosensibles (qui ne supportent pas de descendre en-dessous de 0 °C) est déjà transportée à cette température dont il convient de souligner qu’elle doit être respectée dans nos camions bien sûr, mais aussi dans les officines et chez les particuliers. La deuxième situation concerne les vaccins dont on nous annonce une température de conservation à -20 °C. Cette température est à peu de choses près celle à laquelle sont transportés et entreposés les denrées alimentaires surgelées. Nous maîtrisons donc la technologie et les moyens de transport déjà utilisés sont tout à fait adaptés à cette exigence. La troisième situation concerne les très basses températures (-70 °C, -80 °C et au-delà) qui nécessitent une technologie spécifique mais qui existe et qui est maîtrisée, la cryogénie. Le stockage et le transport des vaccins sera assuré dans des contenants spéciaux, adaptés pour contenir de la carboglace, qui pourront ensuite être transportés dans des camions, frigorifiques ou non.

Il convient de rappeler que la chaîne du froid est tout aussi importante pour le stockage ou le transport de produits alimentaires que pour celui des produits de santé et le respect de cette chaîne du froid est au cœur de notre expertise.

Ce qui distingue un produit de santé d’un produit alimentaire est notamment lié à sa valeur marchande, ce qui exige une attention toute particulière et de déployer des couvertures d’assurance très spécifiques. »

La campagne de vaccination sera cadencée de manière pérenne
TRM24 : L’arrivée des vaccins va générer un « nouveau marché » non négligeable pour le secteur logistique du froid ?

Jean-Eudes Tesson :

« Il faut relativiser les quantités à transporter en regard de celles que nos entreprises transportent et stockent au quotidien à savoir des dizaines de milliers de tonnes chaque jour. Il ne faut donc pas croire qu’il s’agit d’un marché d’aubaine. Nos hommes et femmes, nos matériels seront sollicités pour répondre à un besoin logistique exigeant mais nous serons prêts. Il y a fort à parier qu’une fois cette situation de crise passée, la campagne de vaccination, dont on peut présumer qu’elle sera récurrente comme l’est celle de la grippe, sera cadencée de manière pérenne. »

TRM24 : Avec des surcoûts importants, ces investissements (notamment dans du matériel adapté) seront financés par qui ?

Jean-Eudes Tesson :

« Les contenants pour transporter des vaccins à très basse température ou les camions pour assurer un transport à -20 °C ou à +2°C – +8°C (comme dans l’agroalimentaire) existent déjà. Les laboratoires qui fabriquent des vaccins nécessitant d’être conservés à -70°C devront se fournir en contenants dédiés et en carboglace. La question qui mérite d’être posée concerne davantage le financement d’une logistique d’urgence et dédiée, pour assurer le déploiement d’un très grand nombre de vaccins dans un laps de temps sans doute contraint.”

TRM24 : Cette logistique pour transporter les futurs vaccins est préparée en concertation avec le gouvernement ?

Jean-Eudes Tesson :

« Nous avons en effet été consultés par différents services de l’Etat afin d’identifier les matériels et les opérateurs disponibles, mais à ce stade nous ne disposons pas encore de directives claires sur les besoins et l’organisation de la logistique des vaccins anti-covid. »

nous disposons d’un parc de camions frigorifiques inégalé
TRM24 : Existe-t-il un projet de centralisation pour coordonner les opérations aériennes, terrestres et logistiques ?

Jean-Eudes Tesson :

« A ce stade, il est trop tôt pour en parler, les choses se mettent en place et seront définies lorsque les orientations gouvernementales seront précisées. »

TRM24 : Vous serez prêts pour fin décembre ?

« Comme nous l’indiquions, la technologie existe, la chaîne du froid en France est reconnue comme l’une des meilleures au monde et nous disposons d’un parc de camions frigorifiques inégalé. Par ailleurs, les experts de la logistique savent s’adapter aux besoins, aux pics d’activité, ils le prouvent tous les jours. La logistique autour des vaccins anti-covid va solliciter notre agilité mais nous saurons nous adapter. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.