Actu

TRM Europe : la Pologne reste le pavillon le plus performant

Selon le SDES, avec 1 951 milliards de tonnes-kilomètres réalisées en 2022, le transport routier de marchandises européen est stable par rapport à 2021 (+ 0,1 %). Le pavillon polonais conserve la pôle position, la France reste en 4è position.

Avec 1 951 milliards de tonnes-kilomètres réalisés en 2022, le transport routier de marchandises européen est stable (+ 0,1 %), après un rebond observé pour 2021 (+ 6,6 % par rapport à 2020). Cette stabilité s’observe à la fois sur l’activité nationale (+ 0,2 %) et sur l’activité internationale (- 0,1 %) des transporteurs européens.

Le pavillon français maintient donc son quatrième rang européen en termes d’activité. Les transporteurs français prennent en charge 93 % du transport national. En revanche, les transports internationaux vers ou depuis la France sont réalisés à plus de 90  % par le pavillon étranger.

L’activité internationale représente plus du tiers (38,3 %) de l’activité de transport routier de marchandises dans l’ensemble des pays européens. Selon les pavillons, la part de l’activité internationale diffère considérablement. Alors qu’elle représente moins de 10 % de l’activité des pavillons suédois et français, l’activité internationale constitue près des deux tiers de l’activité du pavillon polonais. L’activité internationale est également particulièrement élevée et majoritaire dans les autres pays d’Europe de l’Est.

Le transport routier national de marchandises (chargement et déchargement des marchandises dans le pays) se répartit entre deux acteurs : les pavillons nationaux et les pavillons étrangers qui pratiquent le cabotage. Le transport routier national de marchandises en France représente 172,8 milliards de tonnes-kilomètres en 2022. Les transporteurs immatriculés en France ont pris en charge 161 milliards de tonnes-kilomètres, le reste de l’activité étant réalisé par le cabotage des pavillons étrangers (11,7 milliards de tonnes-kilomètres).

Le taux de pénétration du cabotage en France s’établit à 6,8 % en 2022, en léger recul par rapport à 2021 (- 0,7 point). Trois pavillons réalisent à eux seuls plus de la moitié du cabotage sur le territoire métropolitain : la Lituanie (17,8 %), l’Espagne (17,7 %) et la Pologne (16,6 %). Le marché français est le deuxième pays européen en termes de volume d’activité de cabotage, après l’Allemagne. Les marchés allemands et français représentent ainsi près de trois quarts du cabotage européen avec respectivement 51,1 % et 23,5 % des parts de marché pour ce type de transport.

Le transport routier de marchandises international entre la France et l’Europe représente 145 milliards de tonnes-kilomètres en 2022. Il est assuré à 91,7 % par des pavillons étrangers, en majorité des pavillons du pays partenaire de l’échange. Néanmoins, la prise en charge de transports par des pavillons tiers, dont la nationalité n’est ni celle du pays de chargement, ni celle du pays de déchargement, est fréquente. Elle représente 56,3 milliards de tonnes-kilomètres en 2022, les pavillons polonais et lituaniens en réalisant respectivement 18,8 et 14 milliards.

Les transports routiers de marchandises en transit sur le territoire métropolitain (circulant sur le territoire mais sans chargement et déchargement en France) représentent 65,5 millions de tonnes en 2022. Près de deux tiers de ces trajets sont en provenance ou à destination de l’Espagne. Ces transports sont des trajets « longue distance » desservant l’Allemagne, l’Italie ou le nord de l’Europe.

One Response

  1. Bonjour,
    effectivement nous savons tous depuis trés longtemps que la pologne notament prend tout le marché du TRM Français. Il serait neanmoins interressant de mettre en parallèle de cet état de fait 1° les montant des charges réelles qu’ont les transporteurs routier de marchandises polonais par rapport aux français et 2° Quelles sont les aides que le TRM polonais perçoit de l’Europe ,qui , à ce qui m’a été dit par un transporteur polonais leur permet de renouveler leur parc à moindre frais. Et enfin qu’en est-il de l’obligation d’être à jour des cotisations sociales en france, j’entends : est ce que les transporteurs ont cette même obligation ou ont ils seulement l’obligation de déclaration ce qui est largement différent et leur laisse une marge de manoeuvre bien plus large. Cette même obligation est vérifiée ou , comment et par qui ??? Salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *