Monde

Un projet-pilote pour les routiers atteints du syndrome post-traumatique

Un ancien routier québécois a mis au point un programme qui est censé venir en aide aux conducteurs victimes du syndrome de stress post-traumatique après un accident de la route. Son projet-pilote est soutenu financièrement par le gouvernement du Québec.

Patrick Forgues connaît bien le monde de la route. Sa carrière de routier s’est terminée le 18 février 2013 après avoir été victime d’un accident. Il s’en est sorti indemne mais a été traumatisé par les circonstances, le corps de l’automobiliste en cause ayant été démembré sous ses yeux. Patrick doit être hospitalisé dans un établissement psychiatrique. Les médecins ont établi un diagnostic de syndrome post-traumatique.

Patrick retourne malgré tout travailler mais ne reste que deux mois avant d’être de nouveau hospitalisé. Cette fois, c’était vraiment la fin de sa carrière de routier. En 2016, Patrick Forgues et sa femme décident delancer leur page Facebook dans le but d’informer les camionneurs sur ce qu’ils avaient vécu et les informer sur le syndrome post-traumatique après un accident ou un événement traumatisant. «On voyait rapidement que le besoin était là et c’était surtout criant chez les camionneurs qui n’ont jamais reçu d’aide. On a décidé de démarrer un organisme à but non lucratif afin de structurer celle-ci», précise sa conjointe.

Une aide de 140 000 euros sera versée prochainement par le gouvernement québécois afin que le projet-pilote voit le jour avec le soutien du ministère des transports. Il prévoit d’intervenir sous 24 heures auprès d’un conducteur impliqué dans un accident et de le suivre pendant deux ans au moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.