Actu

Un transporteur breton employait 42 étrangers en situation irrégulière et fraudait le chômage partiel

Le gérant d’une entreprise de transport basée à Bain-de-Bretagne a été placé en garde à vue puis sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d’avoir fait travailler 42 conducteurs étrangers en situation irrégulière et d’avoir frauder le dispositif d’activité partielle. Une vingtaine de camions ont été saisis.

C’est une véritable opération judiciaire qui a eu lieu lundi au siège social de l’entreprise. Le gérant, un marocain âgé de 40 ans, a été déféré au parquet de Rennes. Il a été présenté au juge des libertés et de la détention et «placé sous contrôle judiciaire, lui interdisant de quitter le territoire national et d’exercer toute activité dans le domaine du transport routier de marchandises», a indiqué le procureur de la République Philippe Astruc. C’est un banal contrôle routier qui a mis la puce à l’oreille des enquêteurs. Arrêté au volant d’une berline de luxe, le gérant n’avait pas pu présenter de pièces d’identités. Après vérifications, les policiers ont découvert qu’il ne disposait pas de titre de séjour.

Le transporteur aurait employé 42 personnes en situation irrégulière et aurait perçu 43 000 euros d’indemnisations au titre de l’activité partielle lors de la première période de confinement. Selon les premiers éléments de l’enquête, certains salariés étaient en possession de faux papiers d’identités, six d’entre eux faisant l’objet d’obligation de quitter le territoire ou de reconduite à la frontière. La plupart des conducteurs étaient logés dans des appartements rudimentaires dans 4 départements différents, dans le Morbihan, en Ille-et-Vilaine, en Indre-et-Loire et en Loire-Atlantique.

Le dirigeant comparaîtra le 15 mars prochain pour «emploi d’étrangers sans autorisation de travail salarié», «escroquerie aggravée» et «travail dissimulé commis à l’égard de plusieurs personnes», selon le procureur. 20 camions et utilitaires ont été saisis par les enquêteurs, ainsi qu’une Mercedes GLE et 3 comptes bancaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.