Actu

Une nouvelle hiérarchie des risques pour les entreprises

Allianz Global Corporate & Speciality révèle sa 12ème enquête annuelle sur les risques perçus par les entreprises dans le monde et en France. Le classement, issu de 2712 opinions de directeurs généraux, gestionnaires de risques, courtiers et assureurs, reflète les sujets d’actualité de 94 pays. On note pour l’édition 2023 le recul des menaces liées aux pandémies (cf Covid-19) et la croissance des risques liés à la cyber-criminalité ou aux incertitudes économiques dues à l’inflation et à la flambée des prix de l’énergie.

Moins flagrant, mais préoccupant à terme, est l’apparition au classement mondial, tous secteurs d’activités confondus, des périls liés aux « risques politiques et la violence » à la 10ème place du classement. Ce risque ne vient pas très loin derrière les catastrophes naturelles et effets du dérèglement climatique qui sont passés de la 3ème et 4ème place respectivement à la 6ème et 7ème place.

Pour la France, tous secteurs d’activités confondus, les périls identifiés par les entreprises sur cette édition du baromètre des risques Allianz, sont en 1er lieu les risques générés par la cybercriminalité. Lié au précédent (ou pas), le sujet plus vaste des « interruptions d’activités » (ce qui inclut les problèmes logistiques) arrive en 2ème  place. La crise énergétique apparaît à la 3ème place.

Les 64 répondants à l’enquête du secteur Transport & Logistique ont, quant à eux retenu comme première menace les « évolutions macro-économiques ». Très révélateur et extrêmement instructif est la 2ème place au hit-parade des menaces pour les entreprises de transport et de la logistique. Cette deuxième place est, hélas, très disputée. Arrivent ici, à égalité de réponses, le sujet des « évolutions législatives et réglementaires ». Comme quoi, nos politiques et notre administration auraient tort de sous-estimer les conséquences de leurs « initiatives ». A égalité statistique viennent les périls liés à la cybercriminalité.

Mais cette 2ème place, décidément très disputée, voit à égalité de réponses, apparaître les menaces liées à la crise énergétique. Les aléas administratifs et réglementaires, qui peuvent influer notablement sur les prix de l’énergie (cf la politique européenne en matière d’énergie, la taxe carbone, etc) aussi dangereux que la criminalité numérique, voilà un raccourci saisissant !

En 3ème place figurent les interruptions d’activité, y compris les perturbations de la chaîne logistique. Les transporteurs sont bien placés, hélas, pour les connaître et les mesurer.

A lire aussi : Sécurité numérique, le transport considéré comme secteur d’activité vitale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.