A (RE)VOIR Actu

US : l’abandon de la 3G pourrait immobiliser rapidement près de 350 000 camions frigos

L’information est prise au sérieux en Amérique du Nord. AT&T a annoncé mettre fin à son réseau 3G d’ici le 22 février, ce qui signifie que les modules et les appareils qui demandent des services voix et données 3G ne fonctionneront plus. Selon ABI Research, ce sont quelques 350 000 camions américains et des remorques frigos qui pourraient être immobilisés, ne pouvant plus bouger de leur parking.

Selon l’organisme, la chaîne du froid serait particulièrement impacté puisque les modules concernés équipent principalement les camions et les remorques frigos. Les plus petites flottes n’ayant pas eu le temps de réaliser la transition des appareils 3G aux appareils 4G devraient être les premières touchées, elles utilisent à elles seules pas moins de 3,8 millions poids lourds.

« Il est tout à fait probable que de nombreuses flottes qui n’ont pas encore effectué la transition ne seront pas en mesure d’acheter, de retirer et de remplacer des appareils avant le 22 février. Cela entraînera de graves problèmes de conformité, de sécurité, de santé des véhicules et de capacité opérationnelle pour une industrie qui évolue. Environ 72,5 % du fret national en poids, et pendant une période de pénuries cruciales de produits de consommation et commerciaux », prévient Susan Beardslee, analyste principale de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique chez ABI Research.

En clair, les flottes utilisant les appareils AT&T 3G actuels qui entreront aux États-Unis après le 22 février ne seront plus en mesure de transmettre ou de recevoir des données entre les conducteurs et la répartition. Cela inclura également les dispositifs liés, tels que la télématique vidéo. “Essentiellement, lorsque les appareils ne fonctionnent plus, les conducteurs ne peuvent pas suivre numériquement leurs heures de service (HOS). Considérant que la fatigue du conducteur est en tête de liste des dangers de la route, ce changement a de graves répercussions sur la conformité aux ELD et la sécurité routière », explique Susan Beardslee.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.