A (RE)VOIR Actu

Valérie Pécresse confirme renoncer à l’écotaxe

Selon l’Otre, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, a confirmé qu’elle renonçait au projet d’écotaxe. Elle l’avait annoncé lors du débat d’entre-deux-tours qui a précédé sa réélection fin juin. L’organisation patronale se félicite d’une « vision pragmatique de l’Ecologie ».

En février dernier, la présidente s’était dite favorable à une «contribution poids lourds», visant notamment les camions en transit qui «n’apportent aucune valeur ajoutée» à la région. Puis, lors du débat d’entre-deux-tours qui a précédé sa réélection fin juin, Valérie Pécresse avait indiqué abandonner l’idée d’une écotaxe poids lourds «pour les poids lourds en transit, parce que malheureusement la Commission européenne l’interdit.»

Fin août, Valérie Pécresse était invitée à rencontrer des chefs d’entreprises franciliens à l’initiative du Medef Ile-de-France, en marge des Universités d’Eté du Medef. Lors de cette rencontre, elle a confirmé qu’elle abandonnait l’idée d’une écotaxe régionale en Ile-de-France, « cette mesure ne permettant pas de taxer les seuls véhicules en transit ».

Dans un communiqué, l’OTRE Ile-de-France prend acte de cette décision courageuse et s’en félicite. Elle remercie « la présidente de la Région Capitale de cette décision de bon sens et l’Ecotaxe régionale ne viendra donc pas obérer un peu plus la rentabilité des entreprises de transport franciliennes. Il s’agit d’une décision pragmatique et non dogmatique, qui est la concrétisation d’un travail mené en commun avec l’OTRE Ile-de-France depuis plusieurs mois. »

L’OTRE Ile-de-France remercie la Région Ile-de-France de cette annonce « s’inscrivant dans une logique d’écologie incitative et non punitive », et reste à la disposition de Valérie Pécresse et de la Région Ile-de-France pour continuer à travailler ensemble, dans la voie d’une nécessaire transition énergétique dans les transports, par un accompagnement de nos entreprises et tout particulièrement de nos PME de transport routier, tout en leur permettant de préserver leur compétitivité dans une Région et dans un environnement où elles sont déjà lourdement taxées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.