Non classé

Voilà à quoi ressemble l’Axor automatisé

Avant l’étape du camion autonome, Mercedes poursuit la commercialisation de son Axor automatisé. Le véhicule reconfiguré est utilisé principalement aujourd’hui pour la récolte de la canne à sucre au Brésil. L’Axor prend en charge de manière autonome le contrôle de la vitesse et de la distance ainsi que le guidage longitudinal et latéral une fois arrivé au champ, donc en circuit quasi-fermé.

Mercedes-Benz do Brasil a configuré le Mercedes-Benz Axor spécifiquement pour ces opérations automatisées dans le cadre d’un partenariat de développement avec le fabricant brésilien de technologies agricoles Grunner. D’ici la fin de l’année, Mercedes-Benz do Brasil aura déjà livré un total d’environ 640 véhicules à Grunner à fins de modifications. Sur ce total, 580 véhicules environ seront déjà entre les mains de clients.

L’Axor prend en charge de manière autonome le contrôle de la vitesse et de la distance ainsi que le guidage longitudinal et latéral. Bien que le conducteur garde le contrôle du camion à tout moment, ses mains ne doivent pas être en permanence sur le volant. En plus des fonctions de conduite automatisée, l’Axor dispose d’un essieu avant supplémentaire, d’une voie plus large avec des pneus plus gros dits “à haute flottaison” pour un usage agricole et d’antennes pour recevoir des signaux satellites.

Comment cela fonctionne-t-il en pratique ?

Avant que le camion puisse apporter une aide active sur la plantation, l’itinéraire de récolte est déterminé au préalable sur ordinateur, avec une précision au centimètre près. Le trajet automatisé est contrôlé par le régulateur de vitesse, le GPS et le géo-référencement. L’Axor travaille en collaboration avec une récolteuse de canne à sucre, qui se déplace également automatiquement et transfert la récolte directement dans la caisse du camion. La vitesse moyenne est d’environ 6 km/h. Une fois le remplissage de l’Axor terminé, le conducteur reprend le camion pour la manutention des marchandises.

Par rapport à un tracteur classique, des avantages significatifs peuvent être obtenus en termes de consommation de carburant, de lubrifiant, ainsi que de coûts de maintenance et d’entretien. La précision des itinéraires prédéfinis augmente également la productivité : un véhicule peut récolter environ deux fois plus dans le même temps grâce à des vitesses de fonctionnement moyennes plus élevées.

L’étape suivante sera le camion autonome. Par l’intermédiaire de sa filiale indépendante Torc Robotics, Daimler Truck est à l’origine du développement du transport autonome de niveau 4 (norme SAE) aux États-Unis. La solution développée à partir de ce partenariat est spécialisée et conçue pour gérer le trafic entre les centres de distribution sur les autoroutes – établissant la référence en matière de sécurité, de fiabilité et de coût au kilomètre. Parallèlement, Daimler Truck travaille en collaboration avec Waymo. L’objectif : combiner la technologie de conduite autonome de Waymo avec le Freightliner Cascadia, qui devrait être disponible aux États-Unis dans les prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.