Actu

Volvo résiste à la pénurie de semi-conducteurs et au conflit en Ukraine

Volvo Group a publié vendredi ses résultats trimestriels. Malgré la pénurie de semi-conducteurs et le conflit en Ukraine, le constructeur tire son épingle du jeu dégageant un bénéfice net de 7 milliards de couronnes (682 millions d’euros), certes en repli de 20% sur un an. Le résultat d’exploitation ajusté du groupe progresse de 7%, à 12,7 milliards, mieux que prévu.

Volvo est confronté comme ses concurrents au manque récurrent de semi-conducteurs, principalement des puces électroniques fabriquées en Asie et qui font défaut depuis le printemps 2021. Par ailleurs, face à la guerre en Ukraine, le groupe suédois a suspendu toutes ses ventes et la production de son usine en Russie, et déprécié à hauteur de 4,1 milliards de couronnes ses actifs russes, jusqu’alors valorisés à environ 9 milliards de couronnes.

Cependant, le chiffre d’affaires trimestriel a progressé de 12%, à 105,3 milliards de couronnes. Volvo a notamment livré 6% de poids lourds de plus qu’il y a un an, avec 55 600 véhicules, un record pour un premier trimestre.

A lire aussi : Interview de Marcus Hörberg, président de Volvo Trucks France

Tout en saluant le «meilleur premier trimestre» de son histoire, le groupe a prévenu que le manque persistant de semi-conducteurs et autres composants ainsi que l’impact des sanctions en Russie sur sa chaîne d’approvisionnement pourraient encore affecter ses futurs résultats. «Il y aura des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des arrêts de production à l’avenir», écrit-il dans son rapport.

(avec agences et communiqué Volvo)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.