Actu

ZFE : TLF demande des mesures urgentes

Alors qu’aura lieu ce mardi le 1er Comité ministériel sur les ZFE, l’Union TLF publie 10 mesures concrètes pour « accompagner les collectivités dans cette transition et faire des ZFE-m une réussite ». Au printemps, l’organisation publiait un Abécédaire recensant les premières métropoles concernées par les ZFE-m.

A Lyon par exemple, 96% du parc VUL (Véhicule utilitaire léger) doit être renouvelé au 1er janvier 2026, soit plus de 100 000 véhicules. Pour le Grand Paris, ce sont plus de 61 000 Poids Lourds, soit 97% du parc, qui sont concernés et qui ne pourront plus circuler au sein de la métropole dès le 1er janvier 2024, rappelle TLF. « Certaines métropoles prévoient à l’inverse des calendriers et des règlementations zéro diesel tout simplement irréalisables qui mettent en péril la livraison des villes demain » prévient-elle.

L’instauration obligatoire des ZFE-m (Zones à Faibles Emissions – mobilité) dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants avant le 31 décembre 2024 va bouleverser la distribution des marchandises en ville et l’ensemble du secteur de la logistique urbaine.

« Disponibilité du foncier, complémentarité des modes de transport, réseaux d’avitaillement, renouvellement du parc, lisibilité des aides financières, concertation et harmonisation des réglementations. Autant d’enjeux cruciaux pour le secteur du transport et de la logistique auxquels doivent répondre les futures ZFE-m » souligne TLF dans un communiqué.

Voici les 8 mesures concrètes proposées par TLF :

  • Privilégier une harmonisation des aides et accompagnements financiers entre les territoires (guichet unique) ;
  • Définir le cadre d’une concertation adaptée et applicable par les collectivités concernées ;
  • Etablir un comité de coordination des ZFE au niveau de la Région (garantir une compatibilité des ZFE-m sur un même territoire) ;
  • Accompagner le développement des énergies alternatives par un schéma directeur local (au niveau régional) des réseaux d’avitaillement ;
  • Conditionner l’interdiction de la vignette Crit’Air 2 pour les véhicules de +3,5T marchandises à la mise en œuvre concrète et en nombre suffisant de solutions alternatives ;
  • Prendre en compte les degrés de maturité technologique et de disponibilité des nouvelles énergies et les évolutions européennes ;
  • Mise en place de corridors pour l’accès des véhicules longues distances Euro 6 et en deçà ;
  • Définir un cadre et un cadencement de suivi des objectifs des ZFE en matière de qualité de l’air.

L’Union TLF propose deux mesures d’urgence :

  • La mise en place d’une phase transitoire pour ces métropoles avec accès aux Crit’Air 2 jusqu’en 2030 à l’instar de ce qui est mis en place aux Pays-Bas ;
  • La mise en place d’un comité de coordination national des ZFE-m afin de garantir une harmonisation des calendriers et des contrôles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.