Social

Droits travailleurs : révélations chocs des syndicats XPO

Suite à l’invitation de plusieurs syndicats français et étrangers de XPO à Paris, nous autres journalistes, nous nous attendions à des informations importantes voire une annonce de mouvement d’envergure internationale. Mais, au final, beaucoup de témoignages chocs (harcèlement sexuel, exploitation et même décès dans des entrepôts XPO Etats-Unis) en une heure de conférence de presse mais aucune action en vue. Ce qui peut paraître étrange de la part de syndicats venus des quatre coins de la planète et qui se veulent rassemblés en un groupe. Quelle est la finalité ?

Cette conférence de presse organisée par la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) et de la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) a cependant révélé de drôles de pratiques chez XPO, à en croire les syndicats présents. Ces derniers parlent de « violations des droits des travailleurs. »

Elizabeth Howley, employée de l’entrepôt XPO de Memphis, au Tennessee, États-Unis, où l’une de ses collègues a récemment perdu la vie, a décrit les conditions de travail qui y règnent : « La direction oblige les travailleuses à enlever leur soutien-gorge au contrôle de sécurité, et l’entrepôt est infesté de serpents, rats, lézards et insectes. Il n’y a pas d’infirmerie ni de défibrillateur, et personne n’est autorisé à effectuer de réanimation cardio-pulmonaire, pas même les détenteurs d’un brevet de secourisme. Une collègue est décédée sur place, et nous avons dû continuer à travailler à côté de son corps sans vie. Nous ne méritons pas d’être traités de la sorte. Personne ne le mérite. »

Thierry Meyer de la CGT Transports a souhaité dans un premier temps dénoncé l’accroissement de la sous-traitance en Europe, « comme c’était déjà pratiqué aux Etats-Unis » a-t-il précisé. De plus, « les décisions sont aujourd’hui centralisées chez XPO, en France par exemple, vous avez à faire à des intermédiaires comme cela a été le cas pour les négociations salariales. La politique du groupe change rapidement en Europe. C’est pour cette raison que nous avons souhaité créer un comité de groupe en France, et bientôt au niveau de l’Europe. »

En clair, les salariés européens de XPO sont confrontés aux mêmes problèmes que leurs collègues américains : le retard des paiement des heures supplémentaires, les femmes en horaires réduits pour responsabilités familiales se voient refuser des formations ou promotions hiérarchiques, les femmes effectuent le même travail que les hommes, mais sont moins rémunérées. Selon les syndicats, un rapport sur les disparités salariales entre hommes et femmes révèle que les travailleuses gagnent en moyenne 14% de moins de l’heure que leurs collègues masculins.

Un mouvement social international chez XPO ? Pour Christophe Henry de FO Transport : « Aujourd’hui non mais nous ne resterons pas sans réagir. Nous serons solidaires. En France, nous avons échappé au pire, en Grande-Bretagne c’est encore chaud actuellement. Les témoignages que nous avons entendu sont aberrants et nous n’avons pas envie que ce modèle arrive en France. Nous ne laisserons pas faire ce genre de comportements. » a-t-il ajouté lors de cette conférence.

Les syndicats ne comptent pas se laisser faire mais, pour l’instant, chacun dans son pays. « Il y a un coup de semonce contre la direction de XPO France la semaine dernière. Si elle décide de faire la politique de l’autruche, elle assurera » prévient le syndicaliste qui a rappelé que l’assemblée générale Monde de XPO aurait lieu en mai prochain et que c’était un rendez-vous que les syndicats ne manqueraient pas. Le message est lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *