Actu

Hommage à Joseph Libner

C’est une figure emblématique du monde de la carrosserie industrielle française qui disparaît. Joseph Libner est décédé dimanche, des suites d’un accident domestique à l’âge de 77 ans. Ce fils de réfugiés polonais avait créé son entreprise de carrosserie industrielle à Saint-Maixent-L’École (79) en 1965.

Entrepreneur, visionnaire, créateur en avance sur son temps, Joseph Libner qui fut président de la fédération française de carrosserie, Joseph Libner ne laissait pas indifférent. Tous ceux qui l’ont rencontré, ne serait-ce, que croiser, ont ressenti ainsi ce personnage au caractère bien trempé. Lorsque je l’ai rencontré pour la première fois en tant que journaliste, ce fut à Solutrans. C’est son attention et son goût à transmettre qui m’ont interpellés dans un premier temps. Il ne me lâcha pas pendant une heure pour m’expliquer dans le détail et surtout défendre sa dernière innovation. Lorsqu’il m’invita pour partager le déjeuner dans la « salle à manger » du groupe installée dans l’arrière boutique du stand, c’est un tout autre Joseph Libner que j’appris à connaître et à commencer par ses origines polonaises et bien entendu sa longue carrière remplie d’événements. Car son parcours professionnel mérite que l’on s’y attarde.

C’est à l’âge de 25 ans que Joseph, fils de réfugiés polonais, créée son entreprise de carrosserie industrielle à Saint-Maixent-L’École avec l’aide de son épouse et de ses frères, Daniel et Michel. Nous sommes en 1965 et tout est à inventer en matière de carrosserie industrielle. Il arrive même à décrocher auprès de sa banque un prêt de 30 000 francs (7 000 euros). Dix ans plus tard, le centième camion sort de l’usine.

Au cours des années, l’entreprise reçoit de nombreux prix d’innovation car Libner se projetait avant tout sur, non pas l’avenir à long terme, mais à demain. Pour ne citer que deux inventions pour lequelles il fut primé : l’Open Box Révolution en 2005 ou encore Bil en 2017.

En 2005, il passe le relais et laisse les commandes de l’entreprise à son fils François, tout en restant président du conseil de surveillance … comme le nom l’indique pour avoir un œil sur les affaires.

Joseph Libner ne compte pas ne rien faire, c’était mal le connaître. Le 21 janvier 2010, le Conseil d’Administration de la Fédération Française de la Carrosserie renouvelle ses instances et Joseph Libner est élu président de la Fédération. Il succède ainsi à Guy Martin qui occupait le poste depuis 2005. Cinq ans plus tard, le président est décoré de l’insigne d’Officier de la Légion d’Honneur au Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, par la Ministre Ségolène Royal. Une récompense et surtout une reconnaissance.

L’entreprise compte aujourd’hui près de 300 salariés, dont la moitié travaille sur le site de Saint-Maixent. Son chiffre d’affaire est de 45 millions.

Sa dernière apparition en public, ce fut il y a une semaine. Non sans fierté, il applaudissait son fils, François, qui réalisait son rêve de chanter sur la scène de l’Olympia. A 78 ans, Joseph Libner laisse derrière lui un lourd et fantastique héritage. Il a su transmettre cette envie d’entreprendre à son fils et à sa famille.

Une minute de silence par les salariés de la société Libner

Les réactions sont nombreuses depuis sa disparition dimanche dernier.

“C’est une immense perte pour la Fédération et pour la filière du véhicule Industriel et Urbain, Joseph était un visionnaire, dont les actions ont marqué le métier ainsi que notre organisation professionnelle. Je salue la pugnacité d’un homme dont les qualités humaines et professionnelles ont permis de grandes avancées”, a déclaré Patrick Cholton, président de la FFC.

Pour Ségolène Royal : “Joseph Libner a été l’un des premiers chefs d’entreprise à m’accueillir en Deux-Sèvres en 1988 et nous sommes, avec sa famille, restés amis … Il a toujours su relever des défis. C’est comme cela qu’il s’est construit en créant à 25 ans la société Libner et en devenant Président national de la Fédération de la Carrosserie. Il avait une forte conscience professionnelle et une vision des enjeux futurs, ce qui lui a permis de développer sa société pour des transports propres et innovants, des premières remorques de camions rétractables, au “Bil”, sa dernière innovation, ce petit véhicule électrique pour faire les derniers kilomètres en Ville. C’était visionnaire et en phase avec l’immense chantier de la transition énergétique que j’ai réalisé par la loi de transition énergétique. »

Delphine Batho, députée de Deux-Sèvres parle d’une “figure éminente et incontournable de l’économie Deux-Sévrienne. Joseph Libner a toujours été un innovateur et un précurseur au niveau national dans le domaine du transport”. Les salariés de l’entreprise ont observé une minute de silence devant l’usine en présence de François Libner.

Si vous souhaitez laisser un témoignage en hommage à Joseph Libner, écrivez-nous : redaction@trm24.fr

Regardez ce reportage de France 3 Nouvelle-Aquitaine dans lequel Enzo, son petit fils, témoigne

Les obsèques religieuses de Joseph Libner seront célébrées ce jeudi à Saint-Maixent l’École.

 

Hervé Rébillon

rebillon@trm24.fr

2 Responses

  1. Quel œil, quel regard, quel visionnaire. Votre réussite personnelle est si éclatante qu’elle bénéficie à tous.
    Merci d’avoir su voir loin et large.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *