EDITO HERVE REBILLON

EDITO de Hervé Rébillon : la transition énergétique doit être un effort collectif

Seuls, les transporteurs ne pourront pas renouveler leur parc en camions propres et les constructeurs atteindre les objectifs C02 imposés par Bruxelles. Rien que le prix du véhicule est trois fois supérieur à celui d’un camion diesel. L’effort doit être collectif : donneurs d’ordre et transporteurs doivent supporter ensemble ce que coûte la transition énergétique.

Jean-Christophe Pic, le président de la FNTR, n’a pas mâché ses mots lors du congrès de la FNTR : « il est indispensable de mettre autour de la table les donneurs d’ordre, c’est-à-dire les clients ». Il estime à juste titre que « l’offre technique n’est pas réaliste. Elle est en devenir. Il faut que nous arrivions à les placer (les véhicules) chez nos clients, nous transporteurs, nous ne sommes qu’une commodité entre les constructeurs et les clients. C’est difficile car c’est très cher. » En clair, les transporteurs seront convaincus quand les clients seront d’abord convaincus.

Même les primes et aides en tout genre ne suffisent pas. Elles sont « confidentielles » face à celles proposées par nos voisins. En Allemagne, elles sont 3 à 4 fois supérieures. Le ministre des transports français a annoncé qu’il allait y réfléchir. Pourtant, le temps presse.

Pour que le parc utilitaire et poids lourd électrique ou gaz décolle, tout le monde doit mettre la main au portefeuille, au bout du compte même les consommateurs que nous sommes. La transition énergétique ne s’improvise pas et tout le monde est concerné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.