Actu

Electrique : des stations de recharge désormais tous les 60 km

Le Parlement européen a adopté hier sa position de négociation sur les règles relatives au déploiement de stations de recharge et de carburants alternatifs (comme l’électrique ou l’hydrogène) pour les voitures, camions, trains et avions, qui visent à accélérer le recours aux véhicules durables. Les nouvelles règles font partie du paquet législatif “Fit for 55 in 2030”, qui constitue le plan d’action de l’UE pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% d’ici à 2030, comparé aux niveaux de 1990.

Les députés ont accepté de fixer des objectifs nationaux minimums obligatoires pour le déploiement de l’infrastructure pour les carburants alternatifs. Les États membres devront présenter leur stratégie d’ici 2024 pour préciser la manière dont ils comptent atteindre ces objectifs.

D’après le texte adopté, d’ici 2026, une station de recharge électrique pour les voitures devrait être mise en place tous les 60 kilomètres le long des principaux axes routiers de l’UE. Les mêmes exigences s’appliqueraient aux camions et aux bus, mais uniquement sur les axes principaux du réseau de transport transeuropéen (RTE-T), avec des stations de recharge plus puissantes. Les régions défavorisées, les îles et les routes peu fréquentées pourraient bénéficier d’exemptions.

Les députés ont également suggéré l’installation de plus de stations à hydrogène le long des principaux axes routiers (tous les 100 km, plutôt que tous les 150 km comme proposé initialement par la Commission), et un déploiement plus rapide (d’ici à 2028 plutôt que 2031).

Les stations de carburants alternatifs devraient être accessibles à toutes les marques de véhicules et le paiement devrait être facilité. Le prix par kWh ou par kg devrait être communiqué, être abordable et comparable. Les députés souhaitent également la mise en place d’une plateforme européenne pour les données relatives aux carburants alternatifs d’ici à 2027, qui informe sur la disponibilité, le temps d’attente et les prix dans différentes stations en Europe.

Des carburants maritimes durables

Les députés ont également adopté leur position de négociation sur les nouvelles règles d’utilisation des carburants renouvelables et à faible émission dans le transport maritime. Le Parlement souhaite que le secteur maritime réduise les émissions de gaz à effet de serre des navires de 2% d’ici à 2025, 20% d’ici à 2035 et 80% d’ici à 2050 comparé au niveau de 2020 (la Commission avait proposé des réductions de 13% et 75%).

Cela s’appliquerait aux navires de plus de 5000 tonnes, responsables de 90% des émissions de CO2, à l’énergie consommée à bord, dans, ou entre les ports de l’UE, et à 50% de l’énergie utilisée pour les voyages dont le port de départ ou d’arrivée est situé en dehors de l’UE, ou dans ses régions ultrapériphériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.