Actu

La loi d’orientation sur les mobilités de nouveau retardée

Comme nous vous le révélions dernièrement, le projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM) ne cesse d’être retardé, la ministre des transports jouant la montre afin de ne pas avoir deux conflits à gérer en même temps, celui des cheminots et celui des transporteurs routiers qui redoutent le retour de l’écotaxe. Initialement prévu le 16 mai pour un examen en conseil des ministres, la loi de LOM qui intégrera le volet fret ferroviaire ne devrait pas être présentée avant début juin. La date du 6 juin est désormais avancé.

La crainte que le conflit de la SNCF se généralise et ne déborde sur le transport routier hante les couloirs du ministère des transports. Selon nos informations, un des conseillers d’Elisabeth Borne avait appelé une par une les organisations syndicales de conducteurs routiers après la diffusion de notre article : Grève SNCF : les routiers prêts à rejoindre les cheminots. Le représentant du ministère les avait rassurés en leur confirmant que l’accord du 4 octobre censé pérenniser le statut de routier sera intégré à la loi d’orientation sur les mobilités. Elisabeth Borne n’a pas seulement les salariés du TRM à brosser dans le sens du poil mais aussi les patrons transporteurs concernant la possible taxe poids lourd.

Il semblerait que le ministère des transports pratique la même méthode qu’avec les cheminots. Alors qu’Elisabeth Borne a affirmé, à plusieurs reprises, que le projet de loi d’orientation sur les mobilités ne sera pas élaboré sans le transport routier, malgré les réunions, les fédérations de transporteurs n’estiment pas être vraiment entendus. Au moins sur un point : l’état des lieux de ce que paie le transport routier dans le financement des infrastructures. Le ministère et le patronat ne sont pas d’accord sur les chiffres.

Mercredi dernier, une nouvelle réunion avait lieu cette fois avec des représentants de la FNTV, du GART, de la FNAUT, de TDIE, de l’UTP et de Régions de France. Là encore, selon nos informations, chacun a écouté l’autre sans aucune réelle avancée. Peut-on vraiment parler de négociations ?

Quand la ministre chargée des transports communiquera sur la dite loi ? Pas de réponse claire pour l’instant. En revanche, l’examen de la LOM se fera courant septembre, le premier ministre a décidé de maintenir cette date y veille. Pour Matignon, à Elisabeth Borne de gérer son « emploi du temps ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.