Actu

Le transport rattaché au ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires

Le transport semble bien le grand perdant et surtout le grand oublié du remaniement du gouvernement. Il perd son ministère, il devrait se contenter ultérieurement d’un secrétariat d’Etat qui devrait être annoncé logiquement après les élections législatives. Le transport est d’ores et déjà rattaché au ministère de la Planification écologique et de la cohésion des Territoires, selon une information recueillie par TRM24.

En réalité, le transport dépend directement et indirectement aujourd’hui de 2 ministères (celui de la transition énergétique et celui de la Planification écologique et de la cohésion des Territoires) et bien entendu de Matignon, d’Elisabeth Borne, prenant sous son aile la transition énergétique. Les partenaires sociaux auront donc plusieurs interlocuteurs, ce qui ne devrait pas faciliter la tâche lors des négociations.

L’absence de ministère des transports fait réagir

« Nous regrettons à l’évidence qu’aucun ministre des transports n’ait été nommé dans ce nouveau gouvernement » nous a indiqué Jean-Marc Rivera, délégué général de l’OTRE. « Alors que la crise sanitaire a démontré le rôle stratégique pour l’économie du pays, et au-delà de la question de la transition énergétique qui sera directement traité depuis Matignon, le transport routier aurait tout de même bien mérité un ministre dédié d’autant plus que les enjeux d’attractivité et d’emploi, de concurrence européenne et de compétitivité seront également des axes très importants à traiter pour le secteur si la France veut conserver un transport routier français solide, indispensable à l’indépendance et la souveraineté du pays. Au-delà de ces sujets d’importance pour la profession, nous avons adressé un courrier à Elisabeth Borne au lendemain de sa nomination lui rappelant l’urgence que soit maintenue et renforcée au-delà du 31 juillet 2022, la mesure d’aide sur les carburants appliquée depuis le 1er avril 2022. »

Les autres organisations professionnelles n’ont pas réagi pour l’instant.

« Il n’y a pas de ministre des Transports et il y a un ministre des JO ? », a ironisé sur son compte Twitter Thierry Douine, président de la CFTC Transports, faisant référence à la nomination de la nouvelle ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques, Amélie Oudéa-Castéra. « Trou de mémoire au @gouvernementFR @Elisabeth_Borne a oublié le #transport. Les 2èmes lignes passent encore pour des mal-aimé ! »

« Nous félicitons Amélie de Montchalin, nouvelle ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires qui garde la tutelle sur le secteur, et nous attendons la nomination d’un ministre délégué aux Transports », a également indiqué avec prudence une porte-parole de l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP).

Quand un internaute demande à Jean-Baptiste Djebbari via twitter qui va le remplacer au ministère du Transport, c’est avec son humour caractéristique qu’il a répondu : « Je crois que j’ai plié le game. »

One Response

  1. Était-il impératif d’avoir un ministre des transports pour instauré l’écotaxe régionale, ou la suppression de la ristourne professionnelle?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.