Actu

Les céréaliers, premières victimes de la grève SNCF

Nous avions fait l’écho à plusieurs reprises des difficultés rencontrées par les céréaliers. Des dizaines de trains chargés de céréales ne sont jamais partis depuis le début de la grève SNCF en avril. La prochaine moisson arrive et les céréaliers doivent s’organiser le plus souvent pour stocker la marchandise non transporté.

« Les récoltes s’entassent, l’orge reste dans les silos. Les céréaliers doivent trouver de la place ailleurs pour stocker leurs grains » tient à préciser un céréalier français qui peine à trouver des moyens de transport. Les camions, pas assez nombreux, ne peuvent pas supporter le manque du fret ferroviaire qui, habituellement, achemine en grande partie les céréales en France.

Les médias ont fait état qu’en raison des grèves de la SNCF, des trains entiers (1 300 tonnes à chaque fois) qui devaient livrer du blé depuis les silos de stockage Océrail (à La Crèche) en direction du port de La Pallice (près de La Rochelle) qui ont été annulées en avril et mai derniers. Un train, c’est 22 wagons ou cinquante camions. Mais les camions ne sont pas assez nombreux. Entraînant des surcoûts colossaux pour les coopératives.

La situation est devenue préoccupante d’autant que la moisson va bientôt commencer. Les agriculteurs et les céréaliers ainsi que les responsables de coopératives espèrent que le conflit ne durera pas pendant tout l’été. Ce serait une catastrophe pour le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.