Actu

Nikola paiera 125 millions de dollars au gendarme boursier américain

Nikola qui s’apprête à commercialiser un camion hydrogène avec Iveco annonce qu’il va payer finalement l’amende infligée par le gendarme boursier américain, la SEC, soit la somme de 125 millions de dollars (111M€). Le fondateur Trevor Milton était visé par une enquête qui l’accusait d’avoir menti aux investisseurs en dressant un tableau trompeur de la santé financière du groupe.

La SEC avait lancé une procédure contre le fondateur et ex-patron de la start-up américaine, Trevor Milton, estimant que ce dernier avait menti aux investisseurs en dressant un tableau trompeur de la santé financière de Nikola pour faire monter le cours de l’action à Wall Street. L’ancien dirigeant avait notamment cherché à faire croire que l’entreprise était à un stade de fabrication de ses véhicules plus avancé qu’elle ne l’était réellement et avait gonflé le nombre supposé de commandes de camions. Trevor Milton, également visé par une enquête du ministère de la Justice, a démissionné en septembre 2020.

« Nikola est à la fois responsable des déclarations trompeuses de Trevor Milton et d’autres supercheries, qui ont toutes faussement représenté le statut réel de l’entreprise sur le plan financier et technologique », a déclaré Gurbir Grewal, responsable de la mise en œuvre des règles à la SEC

Nikola ne cache pas qu’elle va se retourner contre Trevor Milton afin d’obtenir des compensations financières.

En attendant, le premier camion hydrogène de la marque et produit avec Iveco n’est toujours pas commercialisé. Nikola qui a déjà accusé une perte nette de 267,6 millions de dollars devrait démarrer la production de son véhicule avec une trésorerie fragilisée, le paiement de l’amende n’arrangeant guère ses affaires.

Les premières livraisons du futur Nikola Tre électrique à pile à combustible sont programmées pour 2023. La production aura lieu dans l’usine de fabrication de Nikola’s Coolidge, en Arizona. En Europe, le véhicule sera produit dans l’une des usines d’Iveco, dans l’usine du constructeur à Ulm, en Allemagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.