Actu

« Nous devons passer à une philosophie de transport décarboné » Renaud Dehillotte, DG Daf Trucks France

Daf Trucks

Renaud Dehillotte a été nommé en avril dernier au poste de directeur général de DAF Trucks France. Le nouveau dirigeant de la marque en France a accordé une interview à l’eMAG Transport Spécial Solutrans. La nouvelle gamme XF, XG et XG+ a été désignée Truck Of The Year 2022 lors du salon à Lyon. Il revient entre autres sur la feuille de route de DAF concernant la transition énergétique.

eMAG Transport : comment se porte le marché des poids lourds en France ?

Renaud Dehillotte :

« La demande est très soutenue bien que le marché soit limité par la capacité des constructeurs à livrer les camions avec la crise des semis-composants. La provision annuelle est suspendue à cette pénurie que nous constatons actuellement. Les retards sont variables. C’est très fluctuant. Tous les leaders de l’industrie ainsi que les fournisseurs de composants sont concernés. Nous allons nous en sortir mais nous n’avons pas encore de date de fin. »

eMAG Transport : vous avez eu des fonctions au niveau européen chez Daf, notamment en Pologne, qu’est-ce qui caractérise le marché français et s’en sort-il mieux de la crise sanitaire et économique ?

Renaud Dehillotte :

« Les clients polonais ont anticipé en planifiant leurs achats sur cette année et l’année prochaine. Ils font partie des pays qui ont réagi plus vite à la pénurie et d’autres ont attendu un peu plus longtemps. Tous les marchés sont impactés. C’est plus un choc de l’offre de la manufacture des camions qu’un choc de la demande, les conséquences sont distribuées de manière égale entre pays avec des durées différentes de quelques semaines. Le niveau de la reprise suit celui du PIB. Et la Pologne est l’un des pays qui va revenir à son niveau d’avant crise contrairement à l’Italie qui mettra davantage de temps. La France se situe dans la moyenne européenne. Nous prévoyons un niveau d’avant crise à fin 2021. Les prévisions initiales évoquaient le premier trimestre 2022. Donc la reprise s’accélère un peu. »

eMAG Transport : vous avez lancé récemment la nouvelle gamme. Comment se déroule sa commercialisation ?

Renaud Dehillotte :

« Nous avons réalisé un lancement digital avec des images de synthèse et des visites virtuelles pour palier l’absence de rencontres réelles en raison de la pandémie. Nous constatons un retour exceptionnel. Les ventes ont débuté en mai dernier et nous avons déjà de nombreuses commandes. Les premières livraisons ont eu lieu en octobre. Nous en sommes fiers. Le camion a été vu la première fois par les clients aux 24 Heures camions du Mans. Solutrans est une étape importante puisque nous montrons la gamme à une clientèle flotte.

eMAG Transport : la nouvelle gamme est la seule actuellement à avoir une cabine avec les nouvelles dimensions européennes, c’est un atout ?

Renaud Dehillotte :

« Nous sommes les premiers avoir redessiné entièrement le camion. Nous sommes partis d’une page blanche en utilisant les nouvelles normes masses et dimensions pour améliorer l’aérodynamisme, le confort dans la cabine et les économies de carburant. Nous avons beaucoup travaillé pour être prêt à temps. Nous présentons une gamme qui n’a pas d’équivalent sur le marché. Nous sommes impatients d’aller à la rencontre de nos clients. »

eMAG Transport : les échéances en matière de réductions de CO2 pour les poids lourds sont strictes, vous serez prêts pour proposer de nouveaux camions propres d’ici 2025 et 2030 ?

Renaud Dehillotte :

« C’est une course. Nous avons un planning bien établi. Les normes d’émissions ont été fixées par l’Union européenne et nous sommes sur la bonne voie. Avec ce nouveau camion, nous avons déjà 10% d’économie d’énergie. Nous avons déjà fait les deux tiers de ce que nous devons obtenir pour 2025. Nous allons continuer à optimiser ce produit. Nous allons être dans une position en 2025 avec ce camion de pouvoir choisir le nombre de camions dits zéro émission que nous allons pouvoir mettre dans le portefeuille de ventes. La seconde étape sera 2025-2030 où il faudra atteindre 30% de réductions d’émissions. Nous allons commencer à mettre plus de camions avec des technologies nouvelles comme l’électrique. Nous aurons 5 ans pour passer de centaines de véhicules à plusieurs milliers. Après 2030, les normes d’émissions vont encore évoluer et nous devons passer àr une philosophie de transport décarboné. Pour la décarbonisation totale, nous allons passer de règles d’émissions qui vont être du puits à la roue alors qu’aujourd’hui les normes européennes sont du réservoir à la roue. »

Parcourir l’interview de Renaud Dehillotte dans son intégralité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.