Actu

Pénurie de carburant : les transporteurs ont-ils droit aux réserves stratégiques ?

Le nombre de stations-service en panne sèche de carburants se multiplie même si le gouvernement préfère ne pas parler de pénurie. Outre les queues interminables, le transport routier s’inquiète. Reste à savoir s’il peut profiter des réserves stratégiques que certaines régions comme le Nord ont commencé utiliser.

Interrogé hier soir par TRM24, le ministère des transports indiquait que « le transport routier fait partie des secteurs prioritaires pour assurer l’acheminement des biens et denrées tout comme le transport de voyageurs pour le déplacement des personnes. Mais ce sont les régions qui décident de recourir aux stocks stratégiques. »

Dans le Nord, le Préfet a en effet décidé de puiser dans les stocks stratégiques : 18 100 m3 au total déjà utilisés hier. La préfecture a demandé aux opérateurs « de privilégier la distribution de carburant aux secteurs économiques dont les transports routiers et le transport de personnes ».

Ces réserves stratégiques françaises existent depuis les années 1920, à l’origine pour des raisons militaires. Au niveau mondial, elles ont pris une dimension stratégique après le premier choc pétrolier de 1973. En 2009, une directive européenne a imposé des stocks de pétrole à l’ensemble des pays de l’Union.

La France dispose d’environ 18 millions de tonnes de pétroles de réserves principalement gérées par la Société anonyme de gestion des stocks de sécurité (Sagess) qui regroupe les opérateurs pétroliers. Les stocks sont répartis sur tout le territoire sur 98 sites : 89 dépôts commerciaux, huit raffineries et un site dans la ville de Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

En 2016, l’Hexagone avait ainsi utilisé l’équivalent de trois jours de réserve de pétrole, sur les 115 disponibles, pour alimenter les enseignes alors que les raffineries françaises étaient touchées par une importante contestation sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.