Actu

STEF fortement impacté par la crise sanitaire

Sur le premier semestre 2020, STEF affiche un repli de son chiffre d’affaires de -10,5%. Le groupe affiche aussi une forte baisse du résultat opérationnel, soit -58,5% à 27,9 ME contre 64,4 ME. Pour sa part, le résultat net abandonne 62,7% à 14,9 ME dans un contexte de crise qui impacte la chaîne alimentaire.

Si l’évolution de la pandémie continue de susciter des incertitudes, Stef se dit confiant dans la résilience du secteur agro-alimentaire, dans la pertinence de son business model équilibré ainsi que dans les effets attendus des mesures d’adaptation qu’il a mises en oeuvre.

Stanislas Lemor, président-directeur général, a déclaré : « Malgré la résilience dont STEF a fait preuve et le plan d’adaptation mis en place, nos résultats reflètent l’ampleur des bouleversements liés à la pandémie sur la consommation alimentaire ainsi que la contraction économique qui l’a accompagnée. »

En France, les changements de comportements d’achats et de circuits d’approvisionnement durant la période de confinement ont différemment impacté les activités du groupe. L’activité GMS s’est montrée très dynamique, grâce au fort développement du e-commerce et au report des volumes de la restauration hors domicile sur les canaux de distribution traditionnelle. L’activité TSA (Tempéré Sec Alimentaire) a bien résisté, portée par le développement de nouveaux dossiers sur le marché du chocolat. Les deux activités les plus durement touchées ont été la RHD (Restauration Hors Domicile), avec la fermeture des lieux de restauration, et les produits de la mer, en raison du quasi-arrêt de la filière et de l’absence de flux avec les grossistes.

Les activités frais se sont contractées sous l’effet de l’arrêt de la restauration hors domicile et de l’annulation des manifestations festives. Les variations erratiques de volumes ont entraîné d’importants surcoûts de production et demandé de lourds efforts d’adaptation des moyens de production. L’activité surgelé a pu limiter les effets de la crise grâce notamment à des taux de remplissage élevés et à une reprise d’activité plus précoce.

A l’international, dans les autres pays européens, la crise sanitaire a eu des effets sensiblement similaires, avec une activité soutenue au premier trimestre et un second trimestre fortement affecté par la crise. Du fait de leur parc de véhicules limité, les autres pays européens ont pu adapter plus efficacement leurs moyens aux effets de la crise. Le semestre s’est clôturé sur la création d’une joint-venture dans le secteur du seafood, MED SEALOG, qui occupe désormais le rang d’acteur de référence en Italie.

oleo100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *