Actu

NAO 2019 : pourquoi FO Transport ne signe pas

Comme nous vous l’indiquions dans un précédent article, FO Transport a décidé de ne pas signer l’accord sur les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires 2019 dans le transport routier. L’organisation se dit plus qu’agacée par le manque de considération exprimée par le patronat n’excluant pas un nouveau mouvement. Les autres syndicats continuent de consulter leur base avant de communiquer leur position.

Les partenaires sociaux se sont mis d’accord mardi dernier lors d’une réunion des NAO 2019 sur la proposition de +1,8% sur les salaires (OTRE, FNTR). TLF se démarque en ne proposant que +1,4%. Les organisations syndicales demandaient 2,2% de hausse salariale. En revanche, aucune proposition du patronat n’a été faite pour le reste : 13eme mois et jours de carence.

FO Transport qui rappelle dans un communiqué que « les NAO doivent être négociées durant le dernier trimestre de l’année N pour une application l’année N+1 » estime qu’elle ne constate pas la même inflation que le patronat : « l’inflation constatée au 31 décembre 2018 est de 1,85%. Pour la partie patronale, l’inflation constatée est de 1,1% sur une année glissante. Il est vrai que les employeurs du Transport Routier Marchandises, contrairement aux salariés, bénéficient de la « clause Bunker » sur le prix du carburant ! » ajoute-t-elle.

FO Transport qui a sorti sa calculette : « 1,8% / 12 mois = 0,15% par mois. En considérant une mise en application au 1er juin : 0,15% x 7 mois = 1,05%. Le résultat est même en dessous de l’inflation constatée par la partie patronale. » Le syndicat ne cache pas non plus sa colère concernant le 13ème mois et les jours de carence constatant « aucun mandat ». Idem pour les frais de déplacement « pour le moment c’est compliqué » pour TLF.

En conclusion, FO Transport précise : « en acceptant d’apposer notre signature sur cet accord NAO TRM 2019, nous ne ferons que participer à la grande smicardisation des métiers du transport, qui sont déjà en grande souffrance. » « Considérer les salariés passe d’abord par la feuille de paye.
Les salariés du transport routier, qu’ils soient conducteurs, manutentionnaires ou exploitants, portent chaque jour la responsabilité de plusieurs milliers d’euros (matériels, véhicules, marchandises) et font, pour la plupart, leur métier avec un grand professionnalisme. »

FO Transport n’exclut pas un mouvement : « s’il faut une grève pour aller chercher du salaire et être enfin considérés, la Fédération Nationale des Transports et de la Logistique FO/UNCP sera présente aux cotés des salariés » ajoute le syndicat sans en préciser la nature et la date. A suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *