EDITO HERVE REBILLON

Le Transport routier n’est pas immunisé

Le coronavirus touche aussi le transport routier

Le gouvernement ne joue-t-il pas avec le feu en sous-estimant le secteur du transport routier dans la crise du coronavirus ? Car, faut-il le rappeler, comme les autres professions, le conducteur routier ou les autres corps de métiers du transport et de la logistique ne sont pas immunisés contre le virus chinois.

Les routiers l’ont compris et le fait de faire jouer leur droit de retrait est un rappel. Certains salariés roulants d’une entreprise de transport française travaillant en Italie ont cessé le travail. Ils sont exposés comme tout citoyen au coronavirus. Certes, le plus souvent, les conducteurs sont confinés dans leur cabine, mais ils sont souvent en contact avec d’autres personnes lors des chargements et des déchargements.

Le TRM délaissé

Selon nos informations, aucune fédération de transport routier (à l’exception des voyageurs) n’a été conviée lundi à la réunion avec la ministre de la transition écologique (et des transports), Elisabeth Borne. Une fois encore, le transport routier de marchandises est mis de côté. Il n’est pas pris en compte par le gouvernement.

Le ministère des transports s’intéresse aux voyageurs mais oublie les marchandises. Le coronavirus a un impact certain sur la santé mais aussi sur l’économie du secteur. De plus en plus de transporteurs se retrouvent sans transport faute de réapprovisionnements de produits importés de Chine de certains de leurs clients. De nombreuses entreprises de transport risquent de se retrouver avec un chiffre d’affaires impacté d’ici quelques semaines. Sans oublier toutes les manifestations et événements annulés qui font appel à des camions pour le montage, la restauration ou autres services.

L’économie ne peut se passer de poids lourds

Cet oubli peut avoir des conséquences. Car si le cas des conducteurs qui ont fait jouer leur droit au retrait venait à se multiplier, il ne faudrait pas que la France se retrouve sans camion. Car, sans conducteur, un camion reste au garage. L’économie ne peut se passer de poids lourds.

oleo100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *