Actu

Hydrogène : MAN et l’Université de Nuremberg s’associent

MAN Truck & Bus, l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg (FAU) et l’Université Technique de Nuremberg (THN) ont signé un accord de coopération sur la recherche et le développement de véhicules motorisés à l’hydrogène. C’est la première fois que des universités et des étudiants dirigent un laboratoire et des bancs d’essais à la recherche de technologies à l’hydrogène, en collaboration avec un constructeur et dans ses locaux. « Avec ce Campus Hydrogène, l’usine moteur diesel de MAN pose les fondations d’une transformation réussie pour des motorisations alternatives » indique le constructeur allemand.

Les compétences des différents partenaires font partie intégrante du processus. La FAU se consacrera à la recherche fondamentale. THN unira ses forces dans le domaine de la recherche appliquée. MAN de son côté validera les résultats des recherches, en les intégrant dans la production des piles à combustible installées dans les camions et les autobus-autocars. Ces partenaires partagent le même objectif : la métropole de Nuremberg veut devenir le centre de compétence pour la motorisation à l’hydrogène dans le cadre d’Hydrogène Bavaria, H2B, une stratégie souhaitée par la Bavière. En plus de la FAU et de THN, d’autres partenaires de la région y sont associés : le Helmholtz Institute for Renewable Energy (HI-ERN), l’Energie Campus Nuremberg (EnCN), le Nuremberg Campus of Technology, ainsi que deux Fraunhofer Institutes: IIS (Institute for Integrated Circuits) et l’IISB (Institute for Integrated Systems and Device Technology).

A lire aussi : le réseau MAN reste opérationnel

Le travail effectué sur le « Campus Hydrogène » abordera l’ensemble de la motorisation alternative, de la production d’hydrogène à sa distribution, ses infrastructures, et sa transformation en électricité, jusqu’à sa mise en place dans le véhicule pour le client final.

Un autre but de cette coopération consiste à former du personnel. Les avantages pour MAN sont d’une part, de permettre à MAN d’être perçu comme un employeur attractif pour les étudiants de la FAU et de THN, et d’autre part, la transformation des véhicules industriels nécessitera des formations et des besoins en professionnels qualifiés. Dans ce cadre, MAN pourra compter sur ces deux universités lorsque la motorisation à l’hydrogène remplacera le moteur diesel. Par ailleurs, les étudiants et les chercheurs pourront bénéficier des années d’expérience de MAN dans le domaine de la motorisation à l’hydrogène et de ses infrastructures comme par exemple ses bancs d’essais.

Frederik Zohm, membre du Comité Exécutif pour la Recherche et le Développement de MAN Truck & Bus déclare : « En tant que constructeur, nous faisons face à la plus grande évolution depuis l’invention du moteur diesel. A l’époque, MAN avait donné à Rudolf Diesel les moyens financiers et les équipements nécessaires pour le développement de son moteur. Aujourd’hui, il s’agit de d’industrialiser des modes de motorisations alternatives : les batteries pour véhicules électriques, les piles à combustible ou les moteurs à hydrogène. Une fois de plus, nous sommes impliqués dans le développement de ces nouvelles formes de motorisations. Je suis très heureux de pouvoir travailler avec la FAU et THN ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *