Les + de l'actualité

Le Koweit inaugure l’un des plus longs ponts maritimes au monde

Le Koweït a inauguré hier un pont de 36 kilomètres sur les eaux du Golfe, présenté comme l’un des plus longs au monde. Ce pont relie la capitale Kuwait City au sud de la baie à la zone de Subiyah au nord, une région du nord de l’émirat, future zone d’activité économique proche des frontières maritime et terrestre avec l’Irak et l’Iran. En ajoutant la portion de 12,4 km qui permet de rallier le quartier de Doha (Doha Link) à l’ouest, l’ouvrage est l’un des ponts maritimes les plus longs au monde avec un total de 48,5 km. Son coût a été estimé à 3,6 milliards de dollars, soit 3,2 milliards d’euros.

Cinq ans durant, le groupe d’ingénierie SYSTRA basé en France a travaillé pour le consortium formé par le sud-coréen Hyundai E&C et le koweïtien CGCC et s’est vu confier, via un partenariat de conception-réalisation, la responsabilité de l’entièreté des études du pont et des ouvrages associés de la liaison principale, le « Main Link ».

La liaison principale « Main Link » comporte un pont maritime de 26,4 km de long incluant un pont à haubans de 340 m de long avec une travée principale de 177 m, un pont terrestre d’environ 4,5 km assurant la connexion avec les réseaux routiers de l’échangeur de Ghazali, deux îles artificielles, deux polders et deux marinas conçus par notre sous-traitant Artelia Gulf, 30 bâtiments d’une superficie totale de 16 000 m² destinés à faciliter la gestion et la maintenance de l’infrastructure du projet dont une tour d’observation emblématique, ainsi que l’ensemble des systèmes électriques et mécaniques.

« L’accumulation d’éléments hors-normes et de défis techniques à résoudre dans un environnement désertique et maritime a poussé SYSTRA à mettre en œuvre des solutions techniques et économiques d’avant-garde qui n’avaient jamais été utilisées à une telle échelle » précise le groupe dans un communiqué.

« Le recours à une option audacieuse en proposant des monopieux pour supporter l’ouvrage a permis d’en assurer la stabilité dans un contexte géologique défavorable, tout en réduisant de manière significative les efforts sismiques, les besoins en ressources naturelles et les risques de dispersion du béton », explique Mohamed Akraa, Directeur du projet SYSTRA. L’occasion pour SYSTRA de proposer une première mondiale : la préfabrication sur terre, dans une usine spécialement construite, de travées entières avec précontrainte en pré-tension, longues de 40 et 60 m et de 950 et 1600 tonnes respectivement, qui a été l’une des clés du succès du projet. Ces méthodes de construction permettent de limiter considérablement les impacts sur les écosystèmes marins ainsi que les risques de construction associés aux travaux en mer.

Entre 2013 et 2016, ce sont 14 650 plans qui ont été produits par les 250 collaborateurs de SYSTRA associés au projet. La coordination réussie d’équipes multiculturelles en France, en Inde, au Koweït, à Dubaï et en Corée a aussi été à l’origine de la réussite de ce projet. « Depuis la direction de projet à Paris, et avec le renfort de l’équipe de coordination au Koweït, nous avons associé les savoir-faire, uni les différences culturelles et dépassé les décalages horaires. Ces équipes parfaitement interconnectées n’ont fait qu’une pour nous permettre de réussir à exécuter l’ensemble de notre mission dans les courts délais impartis » développe Mohamed Akraa.

oleo100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *