A (RE)VOIR Actu

Le TRM oublié dans la révision du règlement relatif au réseau transeuropéen de transport (RTE-T)

Les Etats membres de l’Union européenne se sont accordés sur une révision du règlement relatif au réseau transeuropéen de transport (RTE-T). Alors qu’il favorise le transport de personnes, le nouveau règlement oublie le transport routier de marchandises, « affaiblissant même les principales propositions de la Commission européenne visant à améliorer les conditions de travail des routiers » selon l’IRU.

Le Conseil a fixé tout d’abord des délais fermes pour achever le réseau RTE-T : le réseau central d’ici 2030, le réseau central étendu d’ici 2040 et le réseau global d’ici 2050.

La nouvelle version reconnait les autocars dans le transport urbain et de leur intégration avec d’autres modes. L’orientation générale adoptée par le Conseil confirme la proposition de la Commission européenne de développer des plates-formes multimodales de passagers dans les nœuds urbains d’ici la fin de 2030 pour soutenir les connexions du premier et du dernier kilomètre.

Besoin urgent d’aires de stationnement sûres et sécurisées

L’IRU regrette que Bruxelles ait omis des mesures en faveur des conducteurs routiers. « Le manque d’aires de stationnement sûres et sécurisées en nombre suffisant – seulement 3 % des places de stationnement dans l’UE sont certifiées sûres et sécurisées – limite l’attractivité de la profession, empêchant le secteur d’attirer les nouveaux conducteurs dont il a désespérément besoin » souligne-t-elle dans un communiqué.

En effet, le Conseil a supprimé dans la nouvelle version les délais fermes proposés pour créer des aires sécurisées et dit : « faire tous les efforts possibles pour assurer leur développement ». De plus, l’obligation de disposer d’aires de stationnement sûres et sécurisées sur le réseau global a été entièrement supprimée du texte.

« Nous voyons les États membres de l’UE hésiter à s’engager sur des délais et des solutions fermes pour répondre à l’urgence et à l’ampleur du défi de la pénurie de conducteurs. Bien que l’industrie fasse de son mieux pour attirer de nouveaux talents, nous ne réglerons pas ce problème seuls. Les États membres de l’UE doivent jouer leur rôle dans l’intérêt de l’ensemble de l’économie » a déclaré Raluca Marian, directrice du plaidoyer auprès de l’UE à l’IRU.

L’organisation demande un réseau complet d’aires de stationnement pour camions sûres et sécurisées sur le réseau central et le réseau central étendu du RTE-T d’ici 2035 et sur son réseau global d’ici 2040. Des échéances intermédiaires devraient être fixées dès 2027.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.