Actu

Les transporteurs perdent patience face au silence de l’Etat, les premières actions

Alors que les fédérations de transport routier enchaînent les réunions avec le ministère des transports, en l’absence du ministre de tutelle, la base passe à l’action avec, pour l’instant, des opérations escargots. Samedi matin, près de 70 transporteurs ont mené 2 actions sur les autoroutes A1 et A25 dans le nord pour protester notamment contre l’augmentation du prix des carburants. Face aux mesures probables annoncées, le mouvement pourrait se durcir toutes régions confondues. Lundi, une manifestation de transporteurs est prévue devant la préfecture à Rennes.

A lire aussi : Hausse des carburants, voici ce que le gouvernement pourrait annoncer au TRM

Ces deux opérations démarrées à 9 heures de Dourges (Pas-de-Calais) et de Steenvoorde (Nord) devaient rejoindre la zone du Min de Lomme, un marché de gros, en début d’après-midi. La manifestation a entraîné en fin de matinée cinq kilomètres de bouchons sur l’A25 et dix kilomètres sur l’A1, selon la préfecture du Nord, les conducteurs roulant entre «10 et 15 km/h» sur «deux voies de circulation sur trois», selon l’organisateur Christophe Caron,

« En ce moment, on perd tous de l’argent en faisant rouler nos camions, tout le monde est touché, à partir de la semaine prochaine, certains ne vont plus rouler parce qu’ils n’ont plus les moyens pour mettre du gazole », a déclaré Christophe Caron, président du Groupement France TPE Transport et patron d’une entreprise de transport à Sauchy-Lestrée (Pas-de-Calais).

Depuis janvier, pour son entreprise qui compte 12 camions, « c’est 20.000 euros de plus par mois en gazole », a-t-il indiqué. « On demande la mise en place d’un gazole professionnel, à un euro hors taxes », mais aussi «un permis professionnel conducteur routier» et que les autorités «fassent appliquer les règles du cabotage» à savoir «ces camions étrangers qui chargent en France et déchargent en France ».

Des réunions de transporteurs sont prévues tout le week-end dans l’ouest, le sud et le sud-ouest. Le mouvement pourrait se durcir en début de semaine face au silence du gouvernement après les demandes fermes des fédérations du transport routier.

(avec agences)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.