Actu

Quand la RATP s’intéresse aux marchandises en ville

Du 14 au 25 novembre 2022, la RATP a mis à disposition une station de recharge rapide temporaire avec la société Electra place de la Nation, dans le 12ème arrondissement de Paris. Le choix du prestataire n’est pas neutre : RATP Capital Innovation (elle-même filiale de RATP Solutions Ville) est un des actionnaires de la société Electra.

La recharge, sur charge rapide à courant continu et compatible avec les prises CCS Combo 2 (celle des véhicules utilitaires et industriels) était gracieusement offerte. « Il s’agissait de déterminer les conditions de succès d’un tel dispositif dans chacune de ses phases : l’installation d’une borne de recharge en milieu urbain sans nuisance pour les riverains, les conditions réelles d’utilisation, et la fluidité du parcours client. » précise l’entreprise.  Le public visé concernait les taxis et VTC. Mais la RATP, qui prépare activement l’ouverture à la concurrence sur l’Ile de France, s’intéresse à de nouveaux métiers… et à la logistique urbaine ! Cette initiative pourrait concerner aussi les utilitaires légers ou la messagerie en ville. A la question de savoir si le public visé concerne les camions de livraison par exemple, RATP répond : « Si notre préoccupation première est  naturellement le transport urbain de voyageurs, le Groupe RATP poursuit sa mue et a créé en janvier 2021 sa filiale Solutions Ville, au service des villes et des territoires sur les secteurs de l’immobilier, des télécoms, de la logistique urbaine, des nouvelles mobilités et de l’énergie.

Avec l’intensification des livraisons, notamment en zone urbaine, et la mise en place des zones à faibles émissions, il est nécessaire de s’interroger sur les solutions qui permettront la continuité de ces services. Concrètement, l’entreprise met à disposition de partenaires certains de ses sites et notamment des centres bus pour favoriser une logistique urbaine pragmatique et soucieuse des enjeux climatiques. Inoccupés pendant la journée lorsque les bus circulent, ces centres deviennent des surfaces idéales pour faciliter le transfert de marchandises de véhicules lourds à des véhicules légers. C’est ce que l’on appelle la livraison du dernier kilomètre.

Demain, un tel service de recharge pourrait techniquement être utilisé par des véhicules utilitaires légers. La question de la généralisation et des utilisateurs d’un tel service ne pourra se faire qu’en concertation avec les élus, qui ont une connaissance fine des besoins propres de leur territoire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.