EDITO HERVE REBILLON

Edito de Hervé Rébillon : et si on gardait notre bon vieux camion diesel

Le mix énergétique est devenu aujourd’hui une vraie usine à gaz pour le commun des mortels et en particulier pour ses utilisateurs, les transporteurs. A moins d’être un expert, chaque nouvelle énergie – électrique, gaz, hydrogène, biocarburants, … – demande des notions techniques et technologiques. Car aucune d’entre elles n’est un copier-coller du traditionnel gasoil. Elles se consomment dans des conditions largement différentes. Et il est devenu difficile pour les dirigeants d’évaluer à juste titre dans la gestion des flottes.

Et si, au final, les constructeurs changeaient d’avis et gardaient le diesel. Tout est possible. Car, les plus experts le reconnaissent, il sera impossible d’atteindre les objectifs CO2 imposés aux poids lourds et de se débarrasser du bon cher gasoil. Scania et Mercedes viennent de lancer une nouvelle génération de moteurs … diesel.

N’oublions pas non plus que l’euro 7 n’est pas loin. La nouvelle norme se prépare en coulisses à Bruxelles. Et cet euro 7 prévue pour 2025 concerne avant tout le diesel et prendra en compte les émissions de gaz nocifs, comme les NOx (oxydes d’azote, qui ne sont pas exclusifs au diesel), le monoxyde de carbone (CO) et les hydrocarbures imbrûlés, ainsi que les particules fines.

De plus, les nouvelles énergies, même si elles ont de atouts zéro émission non négligeables, sont vulnérables. La plupart des études l’ont omis : leur coût dépend de l’économie et peut être rapidement un gouffre financier pour les entreprises. Il faudra redéfinir le fameux TCO (Total Cost of Ownership), le coût global, qui remonte à l’époque de … Napoléon.

Comme je l’ai déjà rappelé, il y a déjà eu des camions électriques au début du XXe siècle. Ils n’ont pas eu un grand succès pour plusieurs raisons dont une essentielle : l’arrivée du diesel – plus économique – qui a raflé la vedette. Un éternel recommencement.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

2 Responses

  1. Edito très intéressant. On pourrait aussi le décliner pour le train “Et si on gardait nos bons vieux autorails Diesel pour les petites lignes non électrifiées au lieu de se lancer dans des élucubrations coûteuses comme l’hydrogène”.

  2. Tant que l’écologie, la transition énergétique sera à la main des politiques, nous allons payer leur incompétence..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.