Économie

Le dynamisme du TRM Slovaque

On parle souvent de la Pologne ou encore de la Hongrie mais on évoque peu la Slovaquie. Pourtant, comme le montre une étude du Comité national routier, le marché du transport routier y est dynamique et la croissance est « soutenue et régulière. » La Slovaquie se classe à la 12e place des pavillons européens sur l’activité totale et à la 6e place sur l’activité internationale.

Comme le rappelle l’étude du CNR, la Slovaquie est bien située à un véritable carrefour autoroutier, en plein cœur de l’Europe. Ses avantages compétitifs, à savoir un coût de l’heure de conduite restant faible, 14,22 €/h et un kilométrage annuel par véhicule important, lui ont permis de se faire une place discrètement à l’international.

Part importante de la route. Avec 43 414 kilomètres de routes, le réseau routier reste prédominant dans le pays. Depuis 2006, la part des transports par voie ferroviaire et fluvial décroît au profit du transport routier. Dans un souci de modernisation du réseau, de nombreux investissements sont engagés dans le cadre du projet de réseau transeuropéen de transport.

En 2016, selon les dernières statistiques disponibles, l’activité totale du TRM slovaque enregistre un taux de croissance de 8 % sur un an alors que celle de l’UE28 n’augmente que de 4,6 %. L’activité nationale du pavillon slovaque reste faible, moins de 16 % de son activité TRM totale, et tend à diminuer entre 2008 et 2016. Près de 85 % de l’activité TRM est ainsi réalisée à l’international.

Envolée du Cabotage. L’activité de cabotage connaît une croissance rapide entre 2008 et 2016 avec un taux de croissance annuel moyen de près de 24 %. Dans le classement européen 2016 établi par le CNR, la Slovaquie se positionne à la 8e place des pays caboteurs. Cette activité représente ainsi 4 % de l’activité TRM totale du pavillon. Les pays les plus cabotés par le pavillon slovaque sont l’Allemagne, l’Italie et la France.

Comme dans la plupart des pays de l’Est de l’Europe, il n’existe pas de convention collective dans le secteur du TRM slovaque. Un salaire minimum national de base est toutefois fixé. Il s’établissait à 435 € brut par mois en 2017. Il a été réévalué à 480 € brut par mois le 1er janvier 2018, soit une hausse de 10,34 % en un an.

D’après les calculs du CNR, le coût d’une heure de conduite d’un conducteur slovaque avoisine 14,22 €, soit 47 % du coût d’un conducteur français. La part des cotisations employeur est plus élevée en Slovaquie qu’en France : 35,2 % contre 30,8 %, mais ne représente en valeur absolue que 3 886 €/an contre 9 100 €/an pour un conducteur français, car appliqué sur une assiette faible, pesant moins de la moitié du revenu. Au final, le coût kilométrique d’un conducteur slovaque demeure bas, soit 54 % du coût kilométrique de son homologue français.

Slovak road freight transport (RFT) is dynamic. Despite the small size of the country and its economy, its road sector ranks 12th among European sectors in respect of total activity and 6th for international activity. It benefits from the country’s advantageous geographical situation. As a result of the numerous motorways crossing through it, Slovakia offers direct access to Hungarian motorways for travel to Southern and South- Eastern Europe, and also to the German, Swiss and Italian markets via Austria.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.