Monde

Les routiers iraniens en grève soutenus par leurs collègues mondiaux

Un sans précédent. Depuis quinze jours, les chauffeurs de poids lourds iraniens font grève à cause des coûts d’exploitation, l’augmentation des droits et autre faits réglementaires. L’état iranien répond aux camionneurs souvent par la menace ou la répression. Les routiers iraniens sont soutenus par les conducteurs du monde entier.

Vendredi dernier, des conducteurs de taxi se sont joints aux routiers iraniens grévistes. Eux aussi dénoncent les bas salaires de l’Etat, les coûts élevés des pièces de rechange ou encore l’augmentation des primes d’aide sociale. Les conducteurs exigent une augmentation de 35 à 50% des frais de transports et de 40% de leurs salaires.

Les camionneurs iraniens ont reçu le soutien de nombreux routiers internationaux. Les Teamsters, le plus grand syndicat américain, n’ont pas hésité à soutenir officiellement leurs collègues iraniens. “Nous exhortons le gouvernement iranien à écouter les doléances des camionneurs iraniens en grève, à répondre à leurs justes demandes et à reconnaître leurs droits internationalement reconnus à la liberté de réunion, de parole, de liberté d’association et de négociation collective” a écrit James Hoffa (le fils de Jimmy Hoffa), le président général de Teamsters, au directeur adjoint de la section d’intérêt iranien à l’ambassade pakistanaise à Washington DC.

En France, la CGT Transports a exprimé sa solidarité : « Cette grève est le résultat de la politique d’austérité pratiquée depuis trop longtemps par le gouvernement iranien et qui étrangle les travailleurs. La situation économique des routiers est extrêmement précaire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.