Tribunes

Nous sommes les oubliés de la République

Par Catherine Pons, déléguée générale de l’UNOSTRA

“Nous sommes les oubliés de la République”. C’est une phrase prononcée souvent par les transporteurs d’outre-mer. Leurs difficultés sont sans commune mesure avec les transporteurs de la métropole. La géographie de leur territoire les contraint à veiller à ne pas être trop nombreux même en Guyane car les rapports avec le Brésil ou le Surinam ne sont pas simples. Les routes sont ravagées par les accidents climatiques de plus en plus nombreux. Les liaisons téléphoniques sont approximatives dans biens des endroits.

Assurer un véhicule professionnel relève du parcours du combattant. Mais le paradoxe absolu réside dans le fait que ces transporteurs doivent appliquer une réglementation sociale européenne alors qu’ils n’ont aucun parking pour garer leurs véhicules, que les embouteillages sont réguliers le long de routes à seulement 2 voies.

L’UGTR –UNOSTRA Guyane se bat depuis des mois pour faire aboutir un dossier foncier qui devra permettre aux transporteurs de disposer de terrains pour garer leurs véhicules. Les décisions politiques qu’elles viennent de métropole ou des communautés territoriales tardent à venir et les budgets consacrés au transport routier sont très insuffisants. L’UNOSTRA défend ces transporteurs car leurs conditions de travail doivent davantage tenir compte de leurs spécificités.

La lenteur de traitement des dossiers administratifs et financiers n’a que droit duré. Le développement économique de ces départements a besoin d’une vision ambitieuse pour les entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *